Retour

Québec ramène à 65 ans l'âge d'admissibilité au crédit d'impôt pour les aînés

Québec recule devant la grogne des aînés dans le dossier du crédit d'impôt alloué aux personnes âgées et renonce à porter de 65 à 70 ans l'âge pour y être admissible.

« Beaucoup de personnes sont très inquiètes parce qu’elles sont convaincues que le gouvernement va leur enlever 500 $ », a expliqué M. Leitão au cours d’une conférence de presse.

« Ça a généré beaucoup d’inquiétudes et, malheureusement, cette inquiétude, à mon avis, n’était pas fondée sur les faits, mais […] l’inquiétude était réelle », a-t-il convenu.

Le ministre des Finances a confié que tous les députés libéraux ont été interpellés par des aînés de leur circonscription au cours du week-end et la semaine dernière. « Des citoyens de ma circonscription m’ont interpellé directement à mon bureau vendredi dernier », a précisé M. Leitão.

On s’est vraiment rendu compte qu’il y avait beaucoup d’inquiétudes, beaucoup de désinformation. Il fallait mettre fin à ça.

Carlos Leitão

Le ministre Leitão persiste cependant à croire qu’il était justifié de revoir ce crédit d’impôt. « Je ne pense pas que c’était une mauvaise idée de revoir un crédit d’impôt qui a été mis en place en 1972, a-t-il continué. La situation a beaucoup changé depuis 1972. Il faut qu’on soit capable, au Québec, de réévaluer nos programmes et nos crédits d’impôt. »

Dans son budget 2015-2016, le gouvernement Couillard avait ainsi entrepris d'amener progressivement à 70 ans l'admissibilité au programme de crédit d’impôt en raison de l’âge, afin de maintenir les travailleurs expérimentés sur le marché du travail.

Ainsi, les personnes qui auraient effectué leur déclaration de revenus cette année auraient eu droit au crédit d’impôt d’environ 500 $ pour un revenu de 18 000 $ si elles avaient eu au moins 66 ans, et non 65 ans comme auparavant.

Le gouvernement entendait ainsi faire reculer l’âge d’admissibilité à ce crédit d’impôt d’un an à chaque exercice financier jusqu’à l’atteinte de l’âge de 70 ans.

La volte-face du gouvernement le privera ainsi de 273 millions de dollars qu’il aurait économisés au cours des quatre prochaines années grâce à cette réforme, dont 18 millions dès la première année de son instauration. Environ 38 000 personnes seront touchées par la fin de cette réforme, selon le ministère des Finances.

« Dans le cadre actuel de nos équilibres budgétaires, c’est quelque chose qu’on peut facilement absorber », a déclaré M.Leitão, tout en convenant qu’il devra récupérer ces sommes par des compressions dans d’autres secteurs. « Ce sont des vases communicants, l’argent ne tombe pas du ciel », a-t-il conclu.

L’incitatif pour les travailleurs expérimentés maintenu

« Par contre, on maintient l’autre partie de la réforme, c’est-à-dire les incitatifs fiscaux pour que les personnes puissent rester sur le marché du travail si elles le souhaitent », a ajouté le ministre Leitão.

La bonification du crédit d’impôt pour les travailleurs d’expérience est maintenue.

Carlos Leitão

Le ministre Leitão s’est également dit ouvert à discuter avec les fédérations de personnes âgées afin de revoir la fiscalité des aînés dans un cadre plus général.

Appuyées par les partis d’opposition, plusieurs associations d’aînés avaient manifesté leur inquiétude, au cours des derniers jours. Les regroupements d’aînés avaient notamment reproché au gouvernement de retirer de l’argent à une frange de la population parmi les plus vulnérables.

L'opposition satisfaite de cette annonce

Les partis d'opposition ont salué à l'unanimité la décision du gouvernement Couillard d'abandonner cette réforme controversée. Les trois chefs ont rappelé qu’une vaste mobilisation aura été nécessaire pour faire reculer le gouvernement.

« Cela démontre le pouvoir du bon sens contre les mauvaises décisions », a souligné le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Selon le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, le gouvernement Couillard n'avait pas le choix de revenir sur sa décision. Il a d’ailleurs qualifié ce dossier de « gros fiasco ».

Plus d'articles