Retour

Québec veut éviter les coupes dans les services aux élèves

Les prévisions budgétaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) font réagir jusqu'à Québec. Interpellé lors de la période de questions, le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx estime qu'un investissement de 70 millions de dollars prévu dans le budget pour l'année 2016-2017 doit permettre aux commissions scolaires de la province de ne pas réduire les services aux élèves.

Un texte de Pasquale Harrison-Julien

Cette situation particulière, c'est l'obligation pour la CSDM d'atteindre l'équilibre budgétaire. Or, pour répondre aux besoins, la commission scolaire avait pris l'habitude de payer à même ses poches des postes destinés aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA).

Mardi, nous apprenions que pour éviter un déficit, les directions de plusieurs écoles de la CSDM avaient annoncé à leur personnel que des postes d'orthopédagogues seraient supprimés en septembre.

Un document obtenu mercredi prévoit la réduction de moitié du nombre d'orthopédagogues et aussi une réduction progressive des classes en cheminement particulier.

Pour la députée de Québec solidaire dans Gouin, Françoise David, c'est à Québec de délier les cordons de la bourse.

Par ailleurs, la CSDM n'est pas la seule à supprimer des postes destinés aux élèves en difficulté. Le syndicat de l'enseignement de la région de Laval soutient que la situation est la même à la Commission scolaire de Laval, où les compressions touchant les EHDAA devraient atteindre 1,4 million de dollars l'an prochain.

Des parents au bout du rouleau

Nous avons recueilli une dizaine de témoignages de parents qui dénoncent la disparition de postes d'orthopédagogues, surtout parce que les ressources manquent déjà, avant même l'adoption des prévisions budgétaires.

Rachel Tremblay est mère d'un garçon de 10 ans atteint du syndrome d'Asperger, en plus d'enseigner à l'école secondaire Joseph-François-Perrault, où elle travaille de près avec des élèves en difficulté. Selon les informations qu'elle a obtenues, l'école de son fils et la sienne seraient touchées en septembre par les restrictions budgétaires.

D'après elle, la CSDM a à coeur les besoins des enfants en difficulté, mais manque de marge de manoeuvre.

La CSDM n'a pas souhaité faire de commentaires. Ses prévisions budgétaires seront présentées la semaine prochaine au conseil des commissaires, avant d'être adoptées le 11 mai prochain.

Plus d'articles

Commentaires