Retour

Québec veut réconcilier citoyens et promoteurs en misant sur l'acceptabilité sociale

Le nombre de projets de développement bloqués à cause du mécontentement des citoyens a grimpé en flèche, tant et si bien que Québec a décidé d'intervenir en intégrant l'« acceptabilité sociale » dans leur réalisation.

Un texte de Martine Biron

Un livre vert devrait voir le jour, début 2016, sous la houlette du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, contenant des pistes de solution en vue de réconcilier promoteurs et citoyens.

L'objectif concret est d'en arriver à modifier certaines lois pour revoir la séquence d'approbation des projets en tenant compte de leur acceptabilité sociale.

Le débat sera lancé mardi avec la publication d'un rapport de Raymond Chabot Grant Thornton commandé par le ministre.

Dans le volumineux rapport intitulé « Conciliation des usages lors de la mise en valeur du territoire dans une perspective d'acceptabilité sociale », les consultants recommandent à Québec d'amener les promoteurs à mieux communiquer, c'est-à-dire à travailler en amont, dès le début du projet, avec les citoyens.

Les promoteurs devraient aussi être plus transparents et livrer toutes les informations liées au projet et, surtout, ils devraient poursuivre les démarches avec les citoyens durant tout le cycle de vie d'un projet.

« L'accès à de l'information de qualité est un aspect fondamental de l'acceptabilité sociale », conclut le rapport dans ses recommandations, qui préconisent aussi d'« accroître la participation du public dans la planification du territoire ».

Tout ça est possible et, dans certains cas, des entrepreneurs l'ont compris.

C'est le cas de Boralex, qui exploite un parc éolien à St-Ferréol-les-Neiges depuis 2012. « Ça a été difficile parce que les gens ont mal évalué l'ampleur du projet. On n'a pas su jusqu'à quel point ça allait être gros », dit la préfet de la MRC Côte-de-Beaupré, Parise Cormier.

Les citoyens se plaignaient du bruit et du transport lourd. Le BAPE avait pourtant fait son enquête et les citoyens avaient été consultés, mais une fois la construction en cours, l'opposition s'est manifestée.

Un comité d'harmonisation a été mis sur pied avec tous les intervenants. Ils se rencontrent toujours régulièrement et l'entreprise s'est adaptée. « Si tu caches des morceaux, puis que tu dévoiles tranquillement pas vite ton information, dit Mme Cormier, ça fait une différence. L'approche, dit-elle, est cruciale. »

Québec ouvre donc le débat et entend élaborer des pistes de solutions dès le début de 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine