Retour

« Quel est le rôle du Québec dans le Canada? », demande Couillard aux chefs fédéraux

Le premier ministre du Québec a invité les chefs de partis politiques fédéraux à expliquer leur vision du rôle du Québec au sein du Canada.

Philippe Couillard a lancé cette invitation dimanche, au moment où il a présenté ses attentes aux partis qui aspirent au pouvoir à Ottawa.

Devant des militants réunis à Shawinigan pour le Congrès des jeunes libéraux, il a évoqué des demandes sur des enjeux comme la péréquation, les transferts en santé et le développement économique, dont les infrastructures, le Plan Nord et la stratégie maritime. Mais au-delà de cela, alors que le Canada s'apprête à célébrer son 150e anniversaire, Philippe Couillard espère que les chefs fédéraux expliquent comment ils voient la place du Québec au sein de la fédération.

« On s'attend à une réponse sur les enjeux de gouverne qu'on soulève, comme les transferts financiers, notamment en santé. Mais plus largement, j'aimerais les entendre chacun et chacune sur comment ils voient le Québec dans le Canada. On est un des grands partenaires qui ont fondé ce pays. [...] Quelle est leur vision de ça en 2015? »

Le premier ministre du Québec veut ainsi lancer un appel à la collaboration, au partage et au partenariat dans la fédération canadienne. Il a parlé de nombreuses intrusions par le fédéral dans le passé dans les champs de compétence provinciaux, Ottawa agissant souvent de manière unilatérale. Selon lui, cela est loin de ce que devait être au départ la fédération canadienne. 

« Il y a une partie de la dynamique [dans les relations entre le fédéral et les provinces] qui veut faire migrer le Canada plus vers un pays unitaire qu'une fédération et ça, c'est non, non et non. Pour nous, le Canada a été fondé parce que c'est une fédération [...] c'est un système décentralisé », a-t-il déclaré. 

Pas de demandes constitutionnelles, mais...

M. Couillard n'a pas l'intention de demander aux chefs de partis fédéraux l'ouverture de négociations constitutionnelles. Mais si le fédéral ou d'autres provinces voulaient entamer des négociations constitutionnelles, Philippe Couillard a indiqué que le Québec n'y prendra part que si ses demandes traditionnelles sont incluses dans les pourparlers.

« Le Québec n'a nulle intention de demander l'ouverture de pourparlers constitutionnels. Cependant, s'il devait y avoir des conversations constitutionnelles sur des enjeux tels que le Sénat ou les Premières Nations, le Québec n'y participera que dans la mesure où les enjeux spécifiques du Québec sont dans l'ordre du jour », a dit M. Couillard.

Philippe Couillard n'a par ailleurs pas l'intention de s'impliquer dans la campagne fédérale comme certains de ses homologues provinciaux, notamment la première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne. Il ne donnera son appui à aucun des chefs fédéraux. Mais, il a toutefois précisé qu'il voulait particulièrement entendre les réponses à ses demandes de la part du chef du NPD Thomas Mulcair et du chef libéral Justin Trudeau, car ils viennent de circonscriptions québécoises.

Plus d'articles

Commentaires