Retour

Quelle est cette diagonale du crime qui traverse le pays? La réponse en carte

Les Canadiens ne sont pas tous égaux devant la criminalité. Une disproportion s'intensifie de l'est vers l'ouest et du sud vers le nord du pays pour frapper avant tout les Autochtones.

Le pays a enregistré une baisse de 3 % de son taux de criminalité en 2014, selon les données dévoilées cette semaine par Statistique Canada.

Mais si l'on regarde le portrait de plus près, les Territoires du Nord-Ouest connaissent pour leur part un taux de 43 917 crimes pour 100 000 habitants. C'est presque neuf fois plus que la moyenne nationale, à 5046 crimes par 100 000 habitants.

Pourquoi? En grande partie en raison de la situation des Autochtones, affirme le criminologue Marc Ouimet, de l'Université de Montréal. Et ce, à cause des inégalités sociales, de la pauvreté et de l'isolation qui les touche, explique-t-il.

Une autre donnée, l'Indice de gravité de la criminalité (IGC), met en évidence ces inégalités.

De plus, la durée des peines d'emprisonnements des criminels fait augmenter cet indice.

Ainsi, la Saskatchewan a affiché l'IGC et le taux de criminalité les plus élevés en 2014. Les deux indices ont diminué, mais moins que dans les provinces de l'est. À l'opposé, l'Ontario a présenté l'IGC le plus faible en 2014, tandis que le Québec a affiché le taux de criminalité le plus faible.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

La criminalité augmente dans plusieurs villes

Du côté des municipalités, la première position peu enviable du palmarès revient à Saskatoon, qui a affiché l'IGC le plus élevé pour la première fois. Cette hausse est principalement attribuable à une importante augmentation des cas d'introduction par effraction. Avant 2014, Regina avait invariablement enregistré l'IGC le plus élevé depuis 1998 - la première année pour laquelle l'IGC a été calculé.

Des villes comme Saskatoon, Regina ou Vancouver accueillent beaucoup de visiteurs autochtones et deviennent des pôles d'attraction pendant les mois d'étés, ce qui a une incidence sur la criminalité, ajoute M. Ouimet.

L'an dernier, 11 des 33 régions métropolitaines de recensement (RMR) ont enregistré une hausse de leur IGC ou de leur taux de criminalité, ou les deux.

Les villes où les augmentations sont les plus fortes entre 2013 et 2014 :

  • Saskatoon (+10 %),
  • Thunder Bay (+ 10 %),
  • Guelph (+ 9 %).

De son côté, la ville de Winnipeg a connu l'une des baisses de la criminalité parmi les plus marquées au pays au cours de la dernière année.

Le Québec en bonne position

C'est toutefois Montréal qui a enregistré la plus forte baisse l'an dernier (- 9 %).

L'IGC de Montréal (66 %) se situe tout juste sous la moyenne canadienne. Saguenay, Sherbrooke, Trois-Rivières et Gatineau présentent également un IGC inférieur à la moyenne nationale.

Le vieillissement de la population explique en partie la baisse des statistiques québécoises et ontariennes, selon M. Ouimet. L'augmentation de la surveillance par caméra, les percées en matière d'empreintes ADN et la traçabilité par Internet ou par appareils mobiles découragent également plusieurs criminels.

Il avance aussi que les jeunes sont de plus en plus devant leur ordinateur et leur console de jeux.

Cette tendance générale à la baisse de la criminalité est-elle là pour rester? Marc Ouimet pense que oui. Les tendances sociales, influencées par les nouvelles technologies qui prennent de plus en plus de place, semblent vouloir le démontrer.

Ainsi, encore une fois, la traçabilité d'une personne y serait pour quelque chose. De plus, comme il y a moins de crimes, les ressources policières sont plus grandes pour enquêter sur les nouveaux crimes.

Plus d'articles

Commentaires