Retour

Qui pollue le cours d'eau près de chez vous? La réponse en carte

Ammoniac, plomb, mercure; des milliers de tonnes de polluants ont été rejetées dans les cours d'eau québécois entre 2002 et 2013, selon les données fédérales compilées par Radio-Canada. Plusieurs déversements se sont produits de façon accidentelle.

Un article de Bahador Zabihiyan

En tout, 189 257 tonnes de polluants se sont retrouvées dans les cours d'eau québécois, selon les chiffres d'Environnement Canada. De cette quantité, 9717 tonnes ont été rejetées de manière accidentelle, soit 6 %.

Radio-Canada a analysé l'Inventaire national des rejets de polluants, une base de données d'Environnement Canada. Chaque installation qui pollue un cours d'eau doit soumettre l'information à l'organisme fédéral sur une base annuelle.

C'est l'ammoniac qui arrive au premier rang. Les données d'Environnement Canada indiquent que 140 000 tonnes de ce polluant ont été rejetées dans les cours d'eau du Québec depuis 2002. Ce sont surtout les stations d'épurations d'eaux usées municipales qui rejettent de l'ammoniac. L'ammoniac des eaux usées municipales provient de l'urine.

Qui est responsable des rejets dans les cours d'eau près de chez vous?

Source : Données d'Environnement Canada compilées par Radio-Canada (2002-2013). Certaines des usines visibles sur la cartes ont fermé ou changé de nom entre 2003 et 2013.

Pour voir la carte à partir de votre mobile, appuyez ici.

Ammoniac, nitrate, phosphore et manganèse

Plus d'un tiers de l'ammoniac rejeté dans les cours d'eau de la province provient de la station d'épuration des eaux usées Jean-R. Marcotte, au nord-est de Montréal, selon les données d'Environnement Canada que nous avons compilées.

Des entreprises privées en rejettent aussi, dans le cadre de leur activité de production. La papetière de Produits forestiers Résolu (anciennement Fibrek), à Saint-Félicien, est la compagnie qui a rejeté le plus d'ammoniac dans les cours d'eau, avec 628 tonnes.

Les nitrates, le phosphore et le manganèse sont les trois autres polluants les plus rejetés dans les cours d'eau. Les nitrates présents dans les eaux usées proviennent des matières organiques, explique Benoit Barbeau, professeur en génie civil à l'École polytechnique de Montréal. Le phosphore provient des excréments ou des rejets agricoles. Quant au manganèse, il s'agit d'un des métaux les plus communs, selon M. Barbeau.

Pour voir cette infographie de votre mobile, appuyez ici.

Des déversements dans les normes?

Les usines peuvent rejeter une certaine quantité de polluants dans les cours d'eau, en fonction de normes strictes, explique Michèle Prévost, professeure de génie civil à l'École polytechnique de Montréal.

Quelques exemples de déversements :

  • La quasi-totalité de l'acide chlorhydrique rejetée dans les cours d'eau québécois provient de Biolab Equipement, qui fabrique du matériel de purification d'eau à usage médical. L'entreprise de Dorval a rejeté plus de 189 tonnes d'acide chlorhydrique dans le Saint-Laurent, depuis 2002.
  • À Rouyn-Noranda, la fonderie Horne, près du Lac Osisko, a rejeté 2,7 tonnes d'arsenic et 1,6 tonne de cadmium, depuis 2002. C'est l'installation privée qui rejette la plus grande quantité de ces deux polluants au Québec.
  • À Sorel-Tracy, les installations de Rio-Tinto Fer et Titane (anciennement Qit Fer et Titane), situées près du Richelieu et du Saint-Laurent, ont rejeté 3,1 tonnes de plomb, depuis 2002. Il s'agit du chiffre le plus élevé pour des installations privées au Québec. La station d'épuration des eaux usées Jean-R. Marcotte est l'infrastructure qui en rejette le plus, avec plus de 18 tonnes depuis 2002.
  • À Malartic, la mine d'Osisko, près du Lac Mourrier, a rejeté 1,2 tonne de cyanure depuis 2002. Ce sont cinq compagnies minières qui rejettent du cyanure dans les cours d'eau québécois.

Pour voir cette infographie de votre mobile, appuyez ici.

M. Barbeau explique qu'il faut mettre tous ces chiffres en contexte. Des normes de concentrations dans l'eau sont fixées au Québec pour chacun de ces polluants.

Ainsi, 17 tonnes d'arsenic ont été déversées dans les cours d'eau québécois depuis 2003. « Si tu dis le mot arsenic, c'est inquiétant. Mais après ça, il faut toujours nuancer avec les concentrations. L'arsenic est un composé que l'on retrouve naturellement dans l'environnement, mais il y en a aussi dans les produits synthétiques que l'homme utilise », dit M. Barbeau.

C'est la Ville de Montréal qui a rejeté le plus d'arsenic dans les cours d'eau depuis 2003, avec 3,9 tonnes. La fonderie Horne à Rouyn-Noranda arrive en deuxième position avec 2,7 tonnes déversées depuis 2003.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine