Retour

Qui succédera à Bernard Drainville? Portraits des candidats du PQ

1487 membres du Parti québécois sont appelés à voter dimanche dans la circonscription de Marie-Victorin pour choisir leur candidat à l'élection partielle - dont la date reste  indéterminée - afin de pourvoir le siège vacant à la suite de la démission de Bernard Drainville. Le candidat victorieux aura de fortes chances de devenir le député dans cette circonscription historiquement péquiste de la Rive-Sud.

Un texte de Thomas Gerbet

PHILIPPE CLOUTIER, 32 ANS

Philippe Cloutier a enseigné la philosophie et les lettres classiques dans diverses institutions collégiales, au Mexique et au Québec. Il travaille présentement comme analyste assistant pour l'entreprise familiale de gestion de portefeuille. Il est aussi conseiller au Comité des usagers du CSSS de Pierre-Boucher. Il réside à Longueuil depuis toujours. Il a été candidat du Bloc québécois en 2015 dans Longueuil-Charles-Lemoyne. 

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Mettre le cap sur l'indépendance : mandater une évaluation scientifique du pourcentage d'appuis à l'indépendance dans Marie-Victorin, sur une base annuelle. Faire augmenter ces appuis chaque année et présenter les résultats lors d'une assemblée publique
  • Désengorger les urgences avec des cliniques d'infirmières et d'infirmiers praticiens. Développer la pratique des « superinfirmières » dans Marie-Victorin

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

Martine Ouellet.

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Le Québec n'a pas les moyens d'être une province. Le plus tôt nous serons indépendants, le mieux ce sera. Avec une préparation assidue, appuyée par les études et les expériences déjà faites, l'horizon 2020 est parfaitement raisonnable.

NICOLAS DIONNE, 41 ANS

Père de cinq enfants, Nicolas Dionne réside à Longueuil depuis toujours. Il est conseiller en relations du travail à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) et négociateur pour l'Alliance de la FAE et la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). Dans le passé, il a été propriétaire du Café-Terrasse 1957 à Longueuil et gestionnaire en ressources humaines dans le réseau des commissions scolaires.

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Lutte contre la pauvreté (contrer l'isolement, créer des ponts entre les organismes communautaires et les gens d'affaires, défendre les droits des femmes)
  • Créer des ponts avec les communautés culturelles

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

Ne se prononce pas.

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Pas de réponse.

CATHERINE FOURNIER, 24 ANS

Membre de l'Association des économistes québécois, Catherine Fournier détient un baccalauréat en sciences économiques et en science politique de l'Université de Montréal. Elle occupe actuellement des fonctions en développement stratégique au sein d'une agence de marketing en nouvelles technologies. Elle a également travaillé comme attachée politique auprès de l'ex-chef du PQ Pierre Karl Péladeau. Elle a été candidate du Bloc dans Montarville en 2015.

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Le prolongement de la ligne jaune du métro qui dynamisera quatre pôles économiques à Longueuil
  • La construction de nouveaux logements sociaux, dont certains spécifiquement adaptés pour les jeunes mères monoparentales, afin de leur permettre de concilier études, travail et famille

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

Ne se prononce pas.

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Je crois que l'indépendance du Québec doit se faire le plus rapidement possible, mais pour cela, il faut d'abord prendre le pouvoir, puis s'assurer que la prochaine consultation populaire soit gagnée par les indépendantistes. Il faut donc avoir une vision réaliste de la situation actuelle tout en faisant de la promotion de l'indépendance une priorité.

CARL GILBERT, 56 ANS

Carl Gilbert a été journaliste et animateur pendant 20 ans, notamment à La Presse canadienne. Il a couvert les sports et animé des soirées électorales. En 2009, il crée une station de radio au Saguenay, sa région natale, baptisée KOOL-FM. Pendant plus de cinq ans, il a officié comme bénévole au sein de l'Association du hockey mineur de Brossard. Il fait partie du groupe d'entraîneurs qui ont mené les Draveurs de Brossard à la conquête du championnat du Tournoi pee-wee de Rigaud, en 1999.

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Des soins à domicile pour nos aînés
  • Des loyers à faible coût et des effets scolaires à prix abordable

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

Jean-François Lisée

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Difficile à arrêter. Il faut d'abord chasser les libéraux du pouvoir en 2018. Par la suite, la position de M. Lisée de tenir un référendum en 2022 me parle. Mais encore là, le PQ doit se maintenir au pouvoir. Personnellement, je trouve que le moment idéal serait en 2025 à l'occasion du 30e anniversaire du dernier référendum perdu ou, pardon, qu'on nous a volé.

MATHIEU MARCOTTE, 38 ANS

Père de famille, juriste de profession, Mathieu Marcotte a travaillé pour Greenpeace et Équiterre en plus de représenter des locataires devant la Régie du logement. Dans le passé, il a travaillé pour un organisme communautaire de Longueuil et a été propriétaire d'une PME et d'un commerce. Il a travaillé pour plusieurs députés du Bloc. Jusqu'à tout récemment, il était agent de liaison pour le PQ et avait sous sa responsabilité jusqu'à 48 circonscriptions.

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Gratuité scolaire au primaire et au secondaire. Dans Marie-Victorin, le revenu moyen est plus bas que la moyenne nationale. Il faut aussi rendre accessible l'éducation postsecondaire. Une gratuité scolaire au cégep et à l'université devrait être considérée au Québec.
  • Lutte contre la pauvreté (réinvestir dans les organismes communautaires, lutter contre la tarification dans le domaine de la santé, un débat sur le salaire minimum à 15 $, entre autres).

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

Ne se prononce pas.

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Que le plan nous menant à l'indépendance du Québec fixe la date à 2018 ou à 2022, il faut d'abord qu'il soit efficient. Il faut vulgariser les arguments en faveur de l'indépendance en prenant des exemples de la vie courante, diffuser notre projet là où la population porte son attention (par exemple, en apparaissant dans les talk-shows et les émissions populaires) et ainsi s'implanter dans l'imaginaire collectif. La communication est un élément essentiel sur lequel on doit travailler si l'on veut parvenir à mobiliser les gens.

SOPHIE STANKÉ, 53 ANS

Comédienne, animatrice à la radio et journaliste, elle est devenue cette année porte-parole du Mouvement Montréal français. Elle a été candidate dans le passé pour le Parti québécois et le Bloc. Elle siège au conseil d'administration de la Société Saint-Jean-Baptiste, et oeuvre dans plusieurs organismes communautaires et culturels, notamment comme enseignante de théâtre au centre Espoir et aux Senti-Mentaux, ainsi qu'au Carré Théâtre de Longueuil dont elle est également administratrice.

Deux propositions de votre programme pour la circonscription

  • Organiser chaque mois des rencontres publiques dans différents secteurs de la circonscription afin d'entendre et de bien comprendre les préoccupations des citoyens de Marie-Victorin
  • Trouver des solutions concrètes afin de soutenir le financement des organismes communautaires ainsi que des entreprises d'économie sociale

Qui soutenez-vous dans la course à la direction du PQ?

J'avais des affinités avec Véronique Hivon. À ce moment-ci, il m'est impossible de prendre parti. Martine Ouellet me séduit par son approche franche et claire, Alexandre Cloutier par son programme sur l'éducation, Jean-François Lisée pour sa grande expérience et Paul St-Pierre Plamondon pour sa fougue et sa vivacité. 

Quelle est votre position sur le moment idéal pour tenir un référendum?

Je suis au Parti québécois parce que j'y crois, en ce pays du Québec. L'idée de questionner, de documenter et d'informer les gens me plaît et je sais que nous devons le faire maintenant. C'est la population qui décidera, mais nous sommes la courroie de transmission de l'information, alors mettons cartes sur table et avançons.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine