Retour

Qui surveille les chantiers résidentiels au Québec?

Photo : Radio-Canada

Au Québec, les mécanismes visant à assurer la qualité de la construction résidentielle laissent à désirer. Alors qu'en Ontario il y a des inspections à chaque étape, dans la Belle Province, on se fie à la compétence des entrepreneurs. L'association des propriétaires de condos demande à Québec de rendre obligatoire la surveillance des chantiers.

Un reportage de Benoît Giasson, de La facture

Pierre Mailhot a appris à ses dépens que les chantiers sont mal surveillés. Après un incendie majeur, son voisin a décidé de construire un complexe de 12 condominiums à côté de son duplex, à Verdun. Mais, contrairement à ce qu'il s'était engagé à faire, il n'a pas reconstruit le mur pare-feu entre les deux propriétés. Il reste un espace d'environ six pouces entre le complexe et le duplex de M. Mailhot.

« C'est vraiment un gros problème parce que ça crée un espace d'air qui peut permettre au feu de se propager », explique Pierre Mailhot.

Un inspecteur de l'arrondissement a constaté que son duplex n'était pas conforme aux règles et lui a imposé une amende de 513 $. Régler le problème lui coûterait 150 000 $.

Verdun soutient qu'il revient au promoteur de s'assurer que la construction soit conforme aux plans initiaux et estime donc que c'est à Pierre Mailhot, s'il le désire, de poursuivre le promoteur.

« Ce n'est pas le rôle de l'inspecteur municipal de faire de la surveillance de chantier au jour le jour », explique Michèle Giroux, directrice de l'urbanisme de l'arrondissement de Verdun.

Me Yves Joli-Coeur, secrétaire général du Regroupement des gestionnaires et des copropriétaires du Québec, déplore cette situation.

Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre le président de Gestion de propriété Orwell, l'entrepreneur, sans succès.

Gestion de propriété Orwell a été créée par trois employés d'une multinationale de l'informatique. Ce ne sont pas des spécialistes de la construction, mais ils ont obtenu une licence d'entrepreneur général de la Régie du bâtiment.

Des défauts dans les condos aussi

Photo : Radio-Canada

Simon Doucet a acheté un condominium dans le nouveau complexe. Il rêvait d'une propriété neuve et sans tracas. Mais l'inspecteur de la garantie Abritat a constaté 45 défauts de construction dans l'immeuble, notamment des terrasses et des douches mal construites et des infiltrations d'eau.

Me Yves Joli-Cœur croit que c'est à cause du manque de surveillance qu'une des plus grosses compagnies d'assurance, Aviva, s'est retirée du Québec en mars 2015.
« Il y a un malaise profond. Les consommateurs sont en train de payer pour la mauvaise qualité du bâti qu'on a laissé construire pendant plusieurs années. »

Une plus grande surveillance à l'horizon?

Photo : Radio-Canada

Plusieurs pensent que le Québec devrait s'inspirer de l'Ontario, où les mécanismes pour surveiller les constructeurs sont bien plus efficaces. Celui qui bâtit doit avoir le sceau de l'inspecteur à chaque étape avant de pouvoir passer à la suivante.

Le Québec devrait-il instaurer une inspection systématique par les autorités municipales ou encore exiger que des architectes surveillent les chantiers? Deux récents projets de loi visant à confier la surveillance des chantiers à des architectes ou à des ingénieurs ont récemment été abandonnés.

« Il faut absolument que l'actuel gouvernement prenne en charge ce dossier », soutient Yves Joli-Coeur, afin qu'il redevienne une « priorité auprès des membres de l'Assemblée nationale pour qu'une véritable loi oblige dorénavant la surveillance complète de chantier par des professionnels. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine