Retour

Radio-Canada souhaite abandonner la publicité

Dans le cadre des consultations de la ministre du Patrimoine canadien, Radio-Canada formule trois demandes : augmentation de son financement en échange de l'abandon de la publicité, dépolitisation de son financement et élaboration d'une stratégie intégrée d'investissement dans la culture.

Radio-Canada propose à la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, d’augmenter son financement public de 12 $ par an, par Canadien, pour qu'il atteigne 46 $, en échange de la suspension de la publicité à la télévision et sur les plateformes numériques.

Cette augmentation correspond à une enveloppe de 400 millions de dollars supplémentaires par année.

Dans un mémoire destiné à la ministre sur sa vision de l'avenir du diffuseur public, Radio-Canada appuie sa requête sur le fait qu’elle figure actuellement dans les derniers rangs pour ce qui est du financement public sur la liste des diffuseurs publics dans le monde.

À titre d’exemple, la Norvège arrive au premier rang avec une contribution de 180 $ par année, par habitant, selon les données de 2014. La BBC, au 7e rang, obtient 114 $, et Radio-Canada, au 16e rang, 34 $. À la fin de cette liste de 18, on trouve les radiodiffuseurs des États-Unis, qui reçoivent 3 $ par année, par habitant, en financement public.

« Nous sommes à un point critique de notre développement. Nous continuons de fonctionner sous un modèle d'affaires et un cadre politique culturel profondément perturbés. Du même souffle, d'autres nations mettent en place des politiques culturelles efficaces, avec les avantages de diffuseurs publics forts, stables et bien financés », poursuit le document.

À ce titre, Radio-Canada réclame aussi que soit dépolitisé son financement « pour qu’il soit indépendant du calendrier électoral et des cycles budgétaires ». La société veut que son financement soit indexé en fonction de l’inflation et qu’il suive le cycle de renouvellement des licences, tous les cinq ans.

En entrevue, le président-directeur général de Radio-Canada, Hubert Lacroix, a été très clair en réaffirmant que la dépolitisation du financement constitue l'objectif principal de la démarche. « C’est de faire en sorte que la raison d’être du radiodiffuseur public n’est plus connectée à la couleur du gouvernement ni à son passage dans le temps », a-t-il dit.

« En enlevant le côté politique, on est encore un meilleur radiodiffuseur public. En enlevant le côté argent, qui nous vient des commandites et des revenus publicitaires, on permet au radiodiffuseur public de se concentrer sur sa mission de service public », a-t-il ajouté.

Aux réseaux privés qui reprochent à Radio-Canada d'être favorisée par le gouvernement, le radiodiffuseur répond qu'avec la proposition actuelle, 158 des 250 millions de ses revenus publicitaires actuels seraient redistribués dans d’autres médias au Canada, à la télévision et sur les plateformes numériques.

La ministre Joly a affirmé que la présentation de Radio-Canada sera examinée attentivement et considérée au même titre que toutes les autres. Il est encore trop tôt pour discuter de changements éventuels, selon elle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards