Retour

Rafle des années 60 : des victimes albertaines choquées par la compensation proposée par Ottawa

Des victimes albertaines de la « rafle des années 60 » se disent insultées par la compensation proposée par le fédéral.

Selon le président de la Société albertaine des victimes de la « rafle des années 60 », Adam North Peigan, les 800 millions de dollars qui seront offerts par Ottawa aux 20 000 victimes canadiennes sont largement insuffisants pour apaiser les blessures du passé.

Entre 1964 et 1985, des milliers d’enfants autochtones à travers le Canada ont été enlevés à leurs familles pour être placés dans des familles d’accueil non autochtones. Un recours collectif a été lancé par les victimes en 2009 pour les préjudices psychologiques et culturels causés par ce déracinement.

« [Cette compensation] est attendue depuis longtemps, mais pour les atrocités que nous avons endurées, c’est bien en dessous de ce que nous méritons », affirme Adam North Peigan.

Adam North Peigan est né en 1964 sur le territoire autochtone Blackfoot, dans le sud de l’Alberta. Il a été placé dans de nombreuses familles d’accueil jusqu’à l’âge de 17 ans où il est retourné dans sa communauté. Il a alors ressenti un véritable choc culturel.

Il dit avoir souffert, comme tant d’autres victimes de la « rafle des années 60 », du fort sentiment d’abandon. Pour oublier les sévices vécus, certains se sont tournés vers l’alcool et la drogue.

« Il y a de nombreuses victimes de la « rafle des années 60 » qui ne sont jamais retournées chez eux. Ils se sont enlevé la vie ou ont succombé à l’abus de drogue et d’alcool et ne sont plus avec nous aujourd’hui », indique M. Peigan.

Du financement pour des programmes d’aide

La ministre des Relations Couronne-Autochtones Carolyn Bennett a annoncé que 50 millions de dollars seront dédiés à la création d'une fondation pour la guérison des survivants de la « rafle ». Ce montant est inclus dans le versement de 800 millions de dollars proposé.

Garth Myers, l’avocat de victimes manitobaines, saskatchewanaises et albertaines est tout de même satisfait avec la proposition de règlement du fédéral, surtout en ce qui a trait à la création de programmes d’aide.

Des excuses de la province

Adam North Peigan et son groupe travaillent également en collaboration avec le gouvernement albertain afin de formuler des excuses officielles pour les victimes de la « rafle des années 60 ».

Jeudi, le ministre des Relations autochtones Richard Feehan a affirmé dans un communiqué que le gouvernement s’engage à écouter et à discuter avec les victimes pour aller de l’avant avec la réconciliation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine