Retour

Ralph Goodale examinera quatre cas de harcèlement au sein de la GRC

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada Ralph Goodale se penchera sur les cas des quatre femmes qui ont déposé des plaintes contre la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Colombie-Britannique, conformément aux engagements de son parti lors de la campagne électorale.

Cette annonce intervient à la suite d'une lettre envoyée par quatre employées de la GRC au nouveau premier ministre Justin Trudeau. Elles demandent au gouvernement d'empêcher leur employeur de les licencier avant que leurs cas ne passent devant les tribunaux.

« Nous demandons au gouvernement d'être celui qui met un point final à tous ces abus, une bonne fois pour toutes », indique la missive, qui a été expédiée à tous les députés et sénateurs du caucus libéral.

Les caporales Catherine Galliford et Susan Gastaldo, l'agente Alice Fox, ainsi que Atoya Montague, une employée civile, sont toutes suspendues et souffrent de stress post-traumatique.

La peur du licenciement

La GRC a fait parvenir un avis de licenciement à Mmes Montague et Galliford, et les deux autres femmes craignent d'être les prochaines à en recevoir une, même si leur cas n'a pas encore été entendu en cour.

Alice Fox redoute d'être la cible de représailles pour avoir parlé de son histoire sans la permission de sa hiérarchie, ce qui pourrait refroidir celles qui voudraient elles aussi sortir du silence.

Il apparaît néanmoins que le gouvernement libéral est déterminé à ce que la loi du silence ne s'impose pas. « Que ce soit lorsque nous faisions partie de l'opposition et lors de la campagne électorale, nous avons clairement dit qu'un gouvernement libéral ferait tout son possible afin que les institutions fédérales et parlementaires, incluant le service public, la GRC et les Forces armées canadiennes, offrent des espaces de travail exempt de tout harcèlement ou violence sexuelle », indique le ministre de la Sécurité publique dans une déclaration envoyée à CBC/Radio-Canada.

Des changements à prévoir

Ralph Goodale promet une révision de la formation offerte actuellement aux policiers sur les questions de genre ou de culture, afin de les renforcer et d'en améliorer l'efficacité. « En tant que ministre responsable du corps de police national canadien, le harcèlement est un problème que je prends très au sérieux », ajoute-t-il.

Dans sa déclaration écrite, le ministre de la Sécurité publique conclut qu'il lancera une révision des cas des quatre femmes aussi vite que possible, en collaboration avec le commissaire de la GRC, Bob Paulson.

D'après un reportage de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine