Retour

« Ramenez notre fils », implorent les parents de Chase Martens

« Si quelqu'un a notre fils, s'il vous plaît, ramenez-le à la maison », a imploré Thomas Martens, le père d'un bambin disparu mardi près d'Austin, dans le sud-ouest du Manitoba.

Thomas Martens et Destiny Turner, les parents du petit Chase Martens, ont rencontré les médias jeudi, en fin d'après-midi, environ 48 heures après la disparition de leur fils.

« Nous ne serons pas fâchés. Nous serons cléments et reconnaissants », a promis Thomas Martens avant de fondre en larmes.

L'enfant de deux ans a été vu pour la dernière fois mardi, vers 18 h, alors qu'il jouait dehors près de chez lui. Le garçon portait un manteau bleu, un pantalon noir, un chapeau rouge et des bottes munies de petites lumières.

De multiples équipes de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), appuyées par des centaines de bénévoles, participent aux recherches dans l'espoir de retrouver le petit garçon vivant.

Les parents de Chase Martens ont tenu à remercier toutes les personnes qui participent aux recherches.

« Chase est disparu sans laisser de trace, dit Thomas Martens. Nous cherchons des réponses, des informations qui nous permettront de ramener notre fils chez lui. »

La GRC demande aux membres du public d'être vigilants et de leur rapporter toute information, aussi insignifiante qu'elle puisse sembler. Le sergent d'état-major de la GRC Rick Head a tenu à préciser que rien pour l'instant n'appuie la thèse de l'enlèvement.

Périmètre de recherche élargi

Jeudi matin, la GRC a plus que doublé son rayon de recherche, passant de 1,5 km à 3,5 km.

Le sergent Bertrand Paquet, porte-parole de la GRC, a dit jeudi que la plupart des champs et des lieux boisés avaient été examinés, mais qu'il existait plusieurs cours d'eau sur le terrain en question.

« C'est pourquoi nous avons sollicité l'expertise de notre équipe de récupération sous-marine. Nous allons toutefois poursuivre avec nos recherches terrestres », a-t-il dit.

Chase Martens a été vu une dernière fois, mardi, vers 18 h, alors qu'il jouait dehors près de chez lui. Le garçon portait un manteau bleu, un pantalon noir, un chapeau rouge et des bottes munies de petites lumières.

Changement de ton

Alors que mercredi la GRC disait qu'il était encore trop tôt pour déterminer ce qui aurait pu arriver au bambin, le sergent Paquet a affirmé jeudi que la durée de la disparition de l'enfant est inquiétante.

« On parle d'un laps de temps assez considérable dans des conditions météorologiques extrêmement difficiles pour un petit garçon de deux ans », confie-t-il.

Le sergent Paquet déclare qu'aucun délit n'est soupçonné, tout en soulignant que la possibilité qu'il s'agisse d'un acte criminel n'ait pas été écartée.

« Nous nous concentrons sur la localisation de Chase », renforce l'agent de police. Il ajoute qu'une alerte Amber n'a pas été signalée, car le service de police n'a pas de motifs raisonnables de croire que le bambin a été victime d'un enlèvement.

Plus d'articles

Commentaires