Retour

Référendum à Saint-Apollinaire : le projet de cimetière musulman rejeté

Il n'y aura pas de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, ont tranché les 36 citoyens qui ont exercé leur droit de vote dimanche.

Un texte d'Alain Rochefort

Le résultat du scrutin est très serré. Après le décompte, 19 citoyens se sont prononcés contre le projet, 16 étaient pour, et un bulletin de vote a été rejeté.

Au total, 49 personnes pouvaient prendre part au référendum, mais le taux de participation a été de 73 %. Seuls les électeurs domiciliés dans la zone concernée par le projet avaient le droit de voter.

Le responsable du dossier à la mosquée de Québec, Mohamed Kesri, est amer.

« Je suis déçu, c’est normal. Dix-neuf personnes viennent arrêter un projet de plusieurs milliers de personnes. Ça n’a pas de sens. Ce n’est pas une consultation pour dire si on va ramasser les ordures le matin ou l’après-midi. C’est une demande importante. On ne peut pas se baser sur un refus de 19 personnes. C’est insensé ».

Le maire de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, est porteur du projet depuis le début. Déçu, il souhaite prendre une pause et réfléchir.

Municipalité divisée

Le débat identitaire divise la population de Saint-Apollinaire depuis plusieurs semaines.

La tension était d’ailleurs palpable à proximité du bureau de vote, dimanche, avec la présence notable de policiers.

La plupart des électeurs préféraient pour leur part ne pas émettre de commentaires aux médias tenus à l’écart.

Attentat de Québec

La polémique a débuté l’hiver dernier, lorsque le maire de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, a permis aux musulmans d’aller de l’avant avec un projet de cimetière quelques semaines après l’attentat qui a fait six morts à la grande mosquée de Québec.

Le but était d'aménager un cimetière exclusivement musulman sur un terrain de 60 000 pieds carrés dans le parc industriel de Saint-Apollinaire.

Le terrain est la propriété du complexe funéraire Harmonia, promoteur du projet. Sa réalisation nécessitait toutefois un changement de zonage pour permettre d’y enterrer des corps.

Une opposition au projet s’est donc organisée autour de ce changement de réglementation. Les 17 signatures requises ont été apposées sur le registre pour l'ouverture d'un référendum en mai dernier.

Depuis ce temps, le débat s’est amplifié et a largement dépassé les frontières de cette petite municipalité de 6000 habitants.

Une plainte?

Maintenant que le projet est rejeté, il n’est pas exclu que la mosquée de Québec dépose une plainte à la Commission des droits de la personne, a indiqué Mohamed Kesri, il y a quelques jours. Sans s'avancer sur cette question dimanche soir, M. Kesri a toutefois promis de « poursuivre le travail ».

L'une des porte-parole des opposants au projet, Sunny Létourneau, n'a pas souhaité commenter le verdict, dimanche. Elle a cependant indiqué que peu importe le résultat du référendum, elle n'obtiendrait pas un cimetière multiconfessionnel à Saint-Apollinaire, comme elle le souhaite.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, réagira pour sa part lundi.

D'après les informations de Carl Marchand

Plus d'articles

Commentaires