Retour

Réforme électorale : les minorités francophones comptent peu, déplore la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) déplore le peu d'importance accordée aux minorités francophones par le Comité spécial sur la réforme électorale.

Dans son rapport déposé jeudi, le comité recommande au gouvernement Trudeau de mettre en place un nouveau système électoral proportionnel et d'organiser un référendum national pour déterminer si les Canadiens l'appuient.

Bien qu'il soit indiqué dans le rapport que « la réforme électorale doit respecter les besoins, intérêts et aspirations des deux communautés linguistiques minoritaires du Canada », la FCFA constate que la représentation des minorités francophones « compte peu dans les considérations du comité. »

« Quand on dit que chaque citoyen devrait avoir un droit de vote égal, il faut que ce soit vrai aussi pour les gens qui sont des francophones dans nos communautés [...] qu'ils puissent avoir des chances d'être représentés à Ottawa, donc de faire élire des gens qui comprennent leurs intérêts et qui vont représenter leurs intérêts aussi », explique la présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier.

Il faut prendre le temps de s’assurer qu’un nouveau mode de scrutin ne diluera pas la représentation des francophones aux Communes.

Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA

« On appuie le principe de meilleure représentation des divers groupes de la société canadienne, mais ça doit inclure nos communautés, poursuit la FCFA. Il est essentiel que l’on assure que la représentation des francophones ne soit pas diluée dans le changement du mode de scrutin. »

La FCFA demande entre autres que le processus de réforme électorale tienne compte de la représentation effective des francophones, question d'assurer que les francophones en situation minoritaire « ne perdent pas du terrain ».

Il faut que, dans un mode proportionnel, on s'assure que les partis ont des incitatifs pour présenter des francophones dans des milieux où ce n'est pas nécessairement évident.

Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA

« Si on regarde la situation actuelle, par exemple, on sait qu'on a beaucoup de députés à la Chambre des communes qui sont issus des communautés francophones et qui parlent français : il y en a dans les Maritimes, en Ontario, au Manitoba, en Alberta, fait remarquer Sylviane Lanthier. Est-ce qu'un mode de scrutin différent ferait en sorte que ce serait plus difficile pour ces gens-là d'être élus? »

Plus d'articles

Commentaires