Retour

Regina parmi les 10 villes les plus polluées au Canada et aux États-Unis

Des données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), publiées par The Guardian, classent Regina au 7e rang des villes les plus polluées au Canada et aux États-Unis. Des experts remettent toutefois en question l'ampleur de l'étude.

anL’OMS a mesuré la quantité de particules ultra-fines de moins de 2,5 microns (PM 2,5) dans l'air, région par région. Regina est classée comme ayant 14 milligrammes par mètre cube. La seule autre ville canadienne répertoriée était Courtenay, en Colombie-Britannique, avec 17 milligrammes par mètre cube.

Le professeur émérite de physique et sciences atmosphériques à l'Université de Californie Tom Cahill est l'auteur du livre I Can Breathe Clearly Now: Protecting Yourself from Air Pollution. Selon lui, les données présentées dans l’article sont trompeuses.

« Vous ne pouvez pas choisir une seule année pour faire une analyse comme celle-ci », déclare Cahill.

Les données dans l'article sont à partir de 2013. Selon lui, la norme américaine est 12 milligrammes par mètre cube, et la norme internationale est de 10 milligrammes par mètre cube.

L’unité de mesure

Le professeur croit également que l'utilisation de la mesure métrique PM 2,5 pour évaluer l'air dangereux est erronée.

« Le problème avec la mesure est qu'elle mélange des choses qui sont nuisibles avec des choses qui sont inoffensives », dénonce Tom Cahill.

Selon l’auteur, certaines choses qui possèdent une masse, comme la fumée de bois et la poussière du sol, seraient enterrées avec d’autres choses très nocives, comme le gaz d'échappement du diesel.

Feux de forêt

Professeur à l'École de la population et de la santé publique de l'Université de la Colombie-Britannique, Michael Brauer est du même avis.

Dans un courriel adressé à CBC, le professeur écrit que l’étude n’aurait pas dû utiliser la mesure de 14 milligrammes par mètre cube de 2013, mais plutôt celle de 7 milligrammes par mètre cube. Il a ajouté que le niveau de 2014 était de 7 milligrammes par mètre cube, et le niveau de 2015 était de 11 milligrammes par mètre cube.

Selon Michel Brauer, les niveaux plus élevés de 2015 ont été observés en été et peuvent avoir été influencés par la fumée des feux de forêt.

« Un seul feu de forêt peut nous coûter une année entière de pollution atmosphérique, et cela peut donner un résultat trompeur », explique Michael Brauer.

Dans l'ensemble, Regina est une ville propre par rapport aux autres endroits du Canada, et très propre par rapport au reste du monde, selon le professeur.

La Ville de Regina répond

La Ville de Regina a déclaré dans un courriel envoyé à Radio-Canada qu'elle ne pouvait pas commenter l'étude de l'Organisation mondiale de la santé, car elle ignorait la source de ses renseignements et la méthodologie utilisée pour en arriver à ses conclusions.

La Ville ajoute que la province de la Saskatchewan a étudié la qualité de l'air à Regina en 2012-2013.

Elle avait conclu que l'air dans toute la région de Regina est de haute qualité et que Regina est comparable à d'autres villes au Canada en ce qui concerne les principales émissions.

Avec les renseignements de CBC

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir