Le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait une nouvelle sortie en règle contre les taxis de la ville, en raison de ratés en marge du spectacle de Céline Dion au Centre Vidéotron, samedi soir. 

Le maire soutient que l'entente intervenue en mai dernier n'a pas été respectée. Régis Labeaume, qui a assisté au spectacle, affirme que plusieurs personnes ont attendu plus de 40 minutes pour un véhicule à la sortie de l'amphithéâtre.

« Moi, comme maire, il faut que ça circule en ville, affirme Régis Labeaume. Faut que les gens se transportent, faut qu'il y ait de la mobilité. Si ce n'est pas avec des taxis, ça va être avec autre chose. Moi, je dois trouver des solutions. »

Il ouvre la porte notamment aux services de transport comme Uber X, alors qu'il avait défendu l'industrie du taxi en commission parlementaire. « Comment voulez-vous que je les défende avec ce qui est arrivé [samedi]? Je n'ai plus de moyens moi, là. Quand même que je dirais : "oui mais ils ne gagnent pas cher, ils sont pris à la gorge"... Il faut qu'ils offrent le service pareil », a avancé le maire.

Le maire a rencontré le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec, dimanche après-midi. Les deux hommes se sont adressés aux médias tout de suite après la rencontre.

Abdallah Homsy reconnaît qu'il y a eu des problèmes samedi soir, et que les chauffeurs n'étaient pas au rendez-vous à la sortie du spectacle. Alors que 700 chauffeurs étaient disponibles au début de spectacle, il y en avait seulement la moitié sur les routes après la performance de la grande diva québécoise.

« Peut-être qu'il y en a qui n'ont pas fait attention hier », a avancé Abdallah Homsy, porte-parole pour le Regroupement, qui croit que certains chauffeurs ont peut-être mal organisé leurs horaires, ou plié bagage en raison de la fatigue.

Il affirme maintenant que les chauffeurs qu'il représente devront être innovants. « Pour l'avenir, il faut qu'on pense nous autres, l'industrie, à avoir des projets pilotes : que ce soit des locations de permis, que ce soit des navettes. »

L'entente intervenue en mai dernier prévoit des engagements de part et d'autre pour améliorer le raccompagnement des spectateurs du Centre Vidéotron. L'industrie du taxi s'engage à fournir un nombre de véhicules « adéquats » pour répondre aux besoins des visiteurs, pouvant aller jusqu'à 300 les soirs où l'amphithéâtre affiche complet.

En contrepartie, la Ville s'était engagée à offrir une zone d'attente pouvant accueillir 300 véhicules, à exploiter les feux de circulation en mode clignotant pour réduire le temps d'arrêt et à mettre en place des effectifs policiers pour améliorer la circulation.

Plus d'articles

Commentaires