Retour

Réjean Thomas sonne l'alarme face à l'« urgence crystal meth »

La hausse de la consommation au Québec de la méthamphétamine (aussi appelée « crystal meth ») inquiète le milieu de la santé. Le Dr Réjean Thomas lance notamment un cri du cœur pour dénoncer une drogue de synthèse « hautement addictive » qui cause « des dégâts incroyables ».

Un texte de Laurence Niosi

« Il faut des campagnes de sensibilisation de façon urgente. Il faut des programmes spéciaux de désintoxication et plus encore. La santé des jeunes et des moins jeunes est en jeu. Qu'attendons-nous? », s'insurge-t-il dans un message publié mardi sur sa page Facebook.

Mercredi après-midi, plus de 1900 personnes avaient publié son appel à l'action.

En entrevue à Radio-Canada, le fondateur de la Clinique médicale l'Actuel, qui se spécialise dans les soins en matière d'ITS et de VIH/Sida, affirme n'avoir jamais vu un tel phénomène en « 30 ans de médecine ».

« C'était quelque chose, il y a quelques années, on faisait des sondages à la clinique, on voyait que 1 % de nos patients prenaient cette drogue. On a fait un sondage récemment et c'était 12 % », a-t-il souligné.

Plusieurs personnes s'injectent cette drogue et contractent le VIH ou l'hépatite C. Et contrairement à d'autres drogues, comme les opiacés, aucun traitement de substitution n'existe pour la méthamphétamine.

De plus en plus populaire

Pierre Coté, cofondateur de la Clinique Quartier latin, remarque également une hausse similaire de patients accros au « meth ». « Je n'ai pas de chiffres, mais ce qu'on peut dire, c'est qu'à la clinique c'est un problème important », confirme-t-il.

Selon Santé Canada, 48 000 personnes consommaient des amphétamines et méthamphétamines en 2013. Ces drogues étaient les cinquièmes en importance après le cannabis, la cocaïne, les hallucinogènes et l'ecstasy.

Peu de chiffres existent toutefois pour ce type de drogue.

Selon Geneviève Fortin, de l'organisme communautaire CACTUS, la méthamphétamine est de plus en plus accessible au centre-ville de Montréal. « Il faut qu'on s'attende à ce que ça s'amplifie, de plus en plus de personnes vont en consommer », dit-elle.

CACTUS fabrique d'ailleurs une pipe pour les usagers de « meth », une façon plus sécuritaire de consommer.

Au Québec, les policiers ont saisi plusieurs kilos de méthamphétamine dans les derniers mois. L'année dernière en Montérégie, les policiers ont démantelé un laboratoire clandestin de « meth » et ont saisi près de 20 kilos de drogue.

Le « crystal meth », c'est quoi?

La méthamphétamine - aussi appelée crystal meth, ice Tina, tweak ou jib - est fabriquée dans des laboratoires à partir de produits ménagers courants.

Ingrédients qui peuvent être utilisés pour fabriquer de la méthamphétamine :

  • Des médicaments contre la toux (qui contiennent de l'éphédrine)
  • De l'alcool à friction
  • Du diluant à peinture
  • De l'acétone
  • Du décapant

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine