Retour

Rejet de Keystone XL : une décision politique, dit l'ancien ambassadeur américain David Wilkins

L'ancien ambassadeur américain au Canada David Wilkins soutient que la décision du président Barack Obama de rejeter le projet de pipeline KeystoneXL n'avait rien à voir avec le projet ou le Canada, mais qu'elle était plutôt basée sur de la politique.

M. Wilkins a fait cette déclaration dans le cadre du quatrième sommet sur l'énergie qui se tient vendredi à Calgary.

Alors que l'industrie pétrolière se demande ce qu'elle aurait pu faire différemment pour le projet Keystone XL, l'ancien ambassadeur indique que la décision du président américain n'avait rien à voir avec le Canada ou avec les mérites du projet. « La décision m'a déçu, c'est certain, a dit David Wilkins. C'est un cas classique de décision basée sur de la politique. C'est le président qui a voulu satisfaire la base environnementale de son parti ».

Les commentaires de l'ancien ambassadeur ont trouvé écho avec le maire de Calgary Naheed Nenshi,qui a qualifié la décision sur Keystone, prise quelques semaines avant que le début de la conférence de Paris, de « politique crasse ».

« Il a attendu sept ans avant de prendre cette décision. Il l'a repoussée juste avant les élections de 2012 et encore avant les élections de mi-mandat en 2014. Prendre cette décision de rejeter le projet à quelques semaines de la conférence de Paris, c'est tout simplement de la politique américaine », a ajouté l'ancien ambassadeur.

David Wilkins avait été nommé par l'ancien président américain George W. Bush. Ce dernier soutient que le seul moyen que Keystone XL pourrait maintenant être approuvé est si les républicains gagnent les prochaines élections américaines.

Plus d'articles

Commentaires