Retour

Remaniement ministériel : les principaux acteurs restent en place, critique l’opposition

Pour l'opposition à Québec, le Conseil des ministres, qui a été remanié mercredi matin par le premier ministre Philippe Couillard, reflète davantage la continuité que le changement.

Le Parti québécois (PQ) souligne que les principaux acteurs qui occupaient les postes-clés, dans des ministères comme celui de la Santé, des Finances et de l’Éducation, demeurent inchangés.

Le PQ vise notamment le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, qui a conservé ses fonctions.

« 92 % du budget du gouvernement restent entre les mêmes mains », a indiqué le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, dans un communiqué.

« L’austérité libérale se poursuivra, et les réformes Barrette ne seront pas corrigées; au contraire, leur échec se trouve désormais cautionné par Philippe Couillard, dit-il. Le premier ministre a seulement augmenté le nombre de ses ministres; nous ne voyons rien dans ce remaniement pour les patients, les familles, les régions, ni les aînés du Québec. »

M. Lisée relève également le retour de Robert Poëti au Conseil des ministres, lui qui en avait été éjecté en janvier 2016. Il sera responsable du nouveau ministère de l'Intégrité des marchés publics et des Ressources informationnelles.

« Robert Poëti a été congédié par le premier ministre. Aujourd’hui, il revient. Philippe Couillard admet donc son erreur, mais qu’admet-il exactement? Qu’il n’aurait pas dû le congédier? Qu’il a mal fait de vouloir balayer sous le tapis les enjeux éthiques? Quelle place aura Robert Poëti, ministre sans portefeuille? Il est trop tard, par contre, pour tenter de redorer le vernis éthique de ce gouvernement, et les Québécois le savent », estime Jean-François Lisée.

Quant au député de Québec solidaire, Amir Khadir, il déplore que bon nombre de ministres datent de l'époque de Jean Charest.

« On ne rénove pas une maison en peinturant, illustre M. Khadir, quand on a vidé la maison de ses meubles, quand les fondations sont rongées par l’histoire de l’ère Charest. »

« Je pense à Jean-Marc Fournier », ajoute M. Khadir. « Voilà une opportunité qu’avait M. Couillard à tourner la page. Ça aurait même été une espèce de transparence indirecte en mettant [M. Fournier] de côté. »

Le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, abonde dans le même sens.

« Le programme de la CAQ au pouvoir »

Le PQ et Québec solidaire soulèvent tous deux la présence de plusieurs anciens membres de la CAQ au sein du Conseil des ministres, comme Gaétan Barrette et Dominique Anglade, qui devient vice-première ministre.

« Le gouvernement libéral a complété son virage CAQ-ADQ, soutient Jean-François Lisée. Les principaux acteurs – Gaétan Barrette, Sébastien Proulx, Dominique Anglade – proviennent tous de ce filon. [...] Un an de transformations cosmétiques ne changera rien aux effets de l’austérité libérale inspirée par la CAQ ni aux drames qu’elle entraîne. »

« Ce n’est pas un remaniement qui va changer les choses », a dit le député de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, lors d’une entrevue à l’émission Midi info.

« Le gouvernement Couillard est épuisé. Parfois il s’inspire de certaines de nos propositions, mais malheureusement il ne les met pas en application de façon appropriée. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine