Retour

Remaniement ministériel majeur au N.-B. : des ministres clés rétrogradés

Le remaniement ministériel annoncé lundi par le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, crée certaines surprises. Des ministres importants sont rétrogradés, dont deux Acadiens.

Un texte de Luc Lapointe

Serge Rousselle, qui était ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance et procureur général, est muté au ministère de l'Environnement et des Gouvernements locaux. Il reste procureur général. Il avait été au coeur d'une controverse dans le dossier des autobus scolaires bilingues, alors que 6000 personnes avaient signé une pétition l'appelant à démissionner

Roger Melanson, qui était ministre des Finances, est rétrogradé au poste de président du Conseil du Trésor.

D'autres ministres prennent du galon

Francine Landry quitte le ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail pour le ministère du Développement économique et d'Opportunités Nouveau-Brunswick. Elle demeurera ministre responsable de la Francophonie.

Denis Landry, député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore, devient ministre de la Justice et de la Sécurité publique.

Donald Arseneault est le nouveau ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail. Il était auparavant ministre de l'Énergie et des Mines.

Victor Boudreau garde son poste comme ministre de la Santé. Brian Kenny devient ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance.

Une première femme aux Finances

Cathy Rogers, députée de Moncton-Sud et qui occupait le poste de ministre du Développement social, prend du galon. Elle hérite du poste de ministre des Finances. Elle devient ainsi la première femme de l'histoire de la politique provinciale à occuper cette fonction. 

« Le budget, c'est probablement la politique, la décision qui est prise par le gouvernement qui est la plus importante pour aider les plus vulnérables. Alors d'avoir quelqu'un avec les capacités de Cathy qui va entreprendre le processus de décider où on va investir notre argent pour avancer les priorités des gens de la province, je pense que c'est une bonne nouvelle », souligne le premier ministre Brian Gallant.

Stephen Horsman sera à la tête du nouveau ministère des Familles et des Enfants. Il conserve le titre de vice-premier ministre.

Lisa Harris, députée de Baie-de-Miramichi-Neguac, fait son entrée au Conseil des ministres. Elle dirigera le nouveau ministère des Aînés et des Soins de longue durée.

John Ames de la circonscription de Charlotte-Campobello, remplacera Bill Fraser au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. Ce dernier est muté aux Transports et à I'Infrastructure.

Des postes importants pour les francophones?

Le premier ministre Brian Gallant avait déjà annoncé au mois de mai que la plupart des ministres auraient un nouveau ministère. D'après lui, les ministres francophones conservent des responsabilités importantes.

« Lorsque j'ai formé le premier Cabinet, nous avons beaucoup regardé qui avait le plus d'expérience. Comme nous étions un caucus de l'opposition qui avait la plupart des francophones, bien sûr ceux qui avaient le plus d'expérience, c'est ceux qui étaient dans l'opposition auparavant [...], a-t-il expliqué.

« Les ministres ont tous conservé leur poste de ministre, mais plusieurs ont changé de ministère. Mais c'est important de souligner que des [portefeuilles] très importants comme la Santé, la Société de développement régional, l'Éducation postsecondaire [...] sont restés du côté francophone. »

 Pour le politologue Roger Ouellette, il y a surtout un perdant et une gagnante. 

« Si on regarde les ministères importants, Roger Melanson a perdu les Finances et le ministère des Transports où on dépense beaucoup. C'est un exemple de démotion. »

« La grande gagnante, c'est la ministre Cathy Rogers, soutient-il. Peut-être qu'on se prépare à être plus généreux, mais les caisses de l'État ne seront pas plus renflouées d'ici l'élection [...]. Le défi sera très difficile pour Mme Rogers. »

Dans l'opposition, on affirme que le premier ministre a voulu offrir des portefeuilles à des députés du sud de la province avant les prochaines élections en 2018. 

« Je pense que pour le premier ministre, tout cela est politique; il veut s'assurer des votes dans le sud du Nouveau-Brunswick, et minimiser les démotions aux ministres du nord, comme Francine Landry », a déclaré le chef de l'opposition officielle, Bruce Fitch.

Ce dernier s'est fait particulièrement virulent à l'égard du premier ministre Gallant quelques heures à peine après le remaniement. 

« J'ai déjà dit que permuter des pneus dégonflés ne peut pas réparer un moteur. Le Nouveau-Brunswick est en pleine crise de leadership, provenant du bureau du premier ministre. Jusqu'à ce que le premier ministre et son cercle intérieur changent ce qu'ils font, nous pouvons avoir un remaniement ministériel chaque semaine et cela ne fera aucune différence », a-t-il lancé. 

Le chef du Parti vert s'est montré pour sa part assez surpris de la décision du premier ministre de nommer une ministre responsable des Affaires celtiques.

« Une ministre responsable pour les affaires celtiques ne semble pas nécessaire », a-t-il dit. 

Le nouveau Conseil des ministres compte 15 ministres, y compris le premier ministre.



Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine