Retour

Rentrée perturbée dans 17 cégeps et collèges de la province

La rentrée scolaire est perturbée par le débrayage de 700 employés professionnels dans 17 cégeps et collèges de la province. Les syndiqués tiennent une demi-journée de débrayage afin de dénoncer l'impasse dans leurs négociations d'une nouvelle convention collective.

Les syndiqués ont décidé de marquer le 500e jour sans contrat de travail en débrayant de 8 h 30 à 12 h 30. Un débrayage qui provoque l'annulation de certains cours offerts en avant-midi lundi.

Les travailleurs du Syndicat de professionnelles et de professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, et leurs négociations sont au point mort depuis le 26 mai dernier.

Le syndicat, qui regroupe essentiellement des femmes, réclame un rattrapage salarial de 3,5 % par année. « Il y a eu la dégringolade au cours des dernières années, et ce que l'on nous propose, ça va être des salaires qui vont être inférieurs à ceux des enseignants », déplore le président du SPGQ, Richard Perron.

« C'est un premier coup de semonce où on veut montrer notre détermination, poursuit M. Perron. Nos membres sont clairs, jamais ils n'accepteront ce qu'il y a sur la table présentement. Donc, il va falloir que ça bouge du côté gouvernemental, et si ça ne bouge pas après ce coup de semonce là, il y aura d'autres moyens de pression qui seront évidemment envisagés. »

Le syndicat prévoit recourir à de nouveaux moyens de pression au cours des mois de septembre et d'octobre si le gouvernement refuse de négocier.

Certains établissements ont supprimé la journée de cours alors que d'autres ont choisi d'annuler seulement les cours donnés en avant-midi.

Dans ces derniers établissements, certains cégépiens et leurs professeurs ont attendu patiemment que les professionnels lèvent leurs piquets de grève avant d'accéder à l'immeuble. Plusieurs étudiants et professeurs ont manifesté leur appui aux professionnels qui, selon eux, contribuent à dispenser l'enseignement supérieur au Québec.

Plus d'articles

Commentaires