Le Québec devra combler 1000 emplois de plus chaque année pendant au moins 20 ans, s'il veut répondre aux besoins des résidences pour aînés, selon le Regroupement québécois des résidences pour ainés (RQRA).

Un texte de Raphaëlle Drouin

Ce défi s'annonce laborieux pour les résidences privées qui peinent à attirer de la relève pour prendre soin de ceux qui représenteront le quart des Québécois d'ici 15 ans.

Selon le RQRA, 20 000 personnes travaillent actuellement comme préposées aux bénéficiaires. La directrice générale de la résidence Le 15 Lessage de Sainte-Thérèse, Véronique Dupuis, épluche quotidiennement les curriculum vitae et passe des entrevues hebdomadaires pour combler le manque de personnel.

« On y arrive toujours. On a une partie du personnel qui est dévoué et qui va souvent faire des doubles shifts, mais ça arrive d’être dans des situations qui sont plus problématiques », explique Mme Dupuis.

« Aujourd’hui, on ne cherche pas un emploi comme on le faisait autrefois. Les jeunes sont moins sédentaires, ils veulent vivre des expériences », souligne le président-directeur général du RQRA, Yves Desjardins. Actuellement, la moyenne d’âge des préposés aux bénéficiaires est de 54 ans.

Le public, plus alléchant pour la jeunesse

Avec des salaires horaires de 13 à 15 $, les résidences privées ne peuvent faire compétition aux centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qui offrent à leurs employés un taux horaire pouvant aller jusqu’à 25 $, en plus d’avantages sociaux.

Pour plusieurs jeunes, le choix est clair : après leur formation, c’est vers le public qu’ils se dirigeront. C’est le cas de Vanessa Primeau, préposée aux bénéficiaires et étudiante en soins à domicile, qui est d'avis que pour concilier le travail avec les études ou encore la famille, les horaires et avantages du travail en CHSLD cadrent mieux.

« Il faut revamper et améliorer les conditions de travail, on ne s’en cache pas », explique Yves Desjardins, qui assure que le RQRA travaillera fort pour s’adapter aux exigences de la nouvelle main-d’œuvre.

« On essaie d’offrir des horaires stables, un milieu de vie plus sain et plus chaleureux. On essaie d’encourager et de motiver », renchérit Véronique Dupuis. Puisque les résidences pour personnes âgées survivent grâce à l’autofinancement, il n’y a pas d’autre moyen de rivaliser avec le public, selon la directrice générale.

Un métier méconnu

Depuis quelques années, les recruteurs viennent cogner à la porte des centres de formation avant même que les étudiants aient obtenu leur diplôme. Selon le directeur du Centre de formation professionnelle des métiers de la santé de Kirkland, Luc Lafrenière, il s’agit là d’une preuve du manque de main-d’œuvre.

« Près de 94 % de nos élèves se placent », affirme M. Lafrenière. Malgré cela, la formation de moins de six mois n’attire que très peu d’étudiants, souvent, pas assez pour remplir les classes.

Selon une enseignante au Centre de formation en métier de la santé de Kirkland, Marie Isabelle Deguise, il y a une méconnaissance du métier de préposé aux bénéficiaires. « En partant, les gens vont plus penser au Cégep, ce qui est plus connu, ce qui est prestigieux. C’est par la suite ils s’aperçoivent qu’il y a autre chose et qu’ils s’aperçoivent que ça leur convient », explique la formatrice.

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, déplore également ce phénomène.

Pour des jeunes comme Marie-Magda Mercure, étudiante en soins à domicile et préposée aux bénéficiaires, le métier représente beaucoup plus que le salaire et le prestige.

« Pour moi, ce n’est pas juste travailler. C’est le fun de faire de l’argent, mais le fait de savoir qu’on va apporter de l’aide, c’est primordial pour moi. S’il y a de la demande, je vais le faire », assure la jeune femme qui compte travailler au public comme au privé.

Le Regroupement québécois des résidences pour ainés (RQRA) organise ses portes ouvertes annuelles dimanche, lors desquelles plus de 370 résidences de la province seront ouvertes au public de 13 h à 16 h.

Avec les informations de Louis-Philippe Ouimet

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine