Retour

Résultat décevant pour l'Impact face au Minnesota United FC

Contre un adversaire qui semblait prenable, l'Impact de Montréal subit une autre défaite à domicile. La troupe de Mauro Biello s'est inclinée 3-2 contre le Minnesota United FC, samedi soir.

Il s'agit d'une quatrième défaite de suite pour le onze montréalais, une première depuis une série de sept revers en 2014.

Au moment où l'Impact poussait pour rompre une égalité de 2-2, le United a profité de beaucoup d'espace en contre-attaque et Abu Danladi a renvoyé la majorité de la salle comble de 20 801 spectateurs vers la sortie en faisant bouger les cordages à la 89e minute.

Patrice Bernier, avec son premier filet en championnat depuis septembre 2013, et Blerim Dzemaili, pour la première fois en cinq rencontres, ont touché la cible pour l'Impact (10-12-6).

L'Impact se trouve toujours à cinq points des Red Bulls de New York (12-10-5) et du 6e et dernier rang donnant accès aux séries dans l'Association de l’Est. Les Red Bulls ont rendez-vous avec l'Union de Philadelphie dimanche.

Kevin Molino et Christian Ramirez ont aussi aidé le Minnesota United (8-15-5) à jouer les trouble-fête en marquant peu de temps après les réussites de l'Impact. La formation américaine a gagné seulement un deuxième match à l'étranger cette saison (2-9-2).

« Nous ne pouvons pas accorder trois buts à domicile, a affirmé Biello. Nous pensions pouvoir appliquer un peu plus de pression pour regagner des ballons. C'était leur troisième match de la semaine et ils arrivaient de Vancouver. Nous n'avons pas d'excuses. Nous n'avons pas été en mesure de maintenir la cadence en première mi-temps et nous les avons laissés revenir dans le match. »

Ignacio Piatti a bousillé un tir de pénalité en première mi-temps pour l'Impact. L'Argentin n’avait jamais échoué en quatre tentatives du genre cette saison en MLS.

Il avait toutefois été imprécis sur un tir de pénalité contre le Toronto FC lors de la première manche du Championnat canadien, le 21 juin dernier.

« Le match a changé après le tir de réparation arrêté, a reconnu le gardien Evan Bush. Nous n'avions plus la même énergie. Je ne sais pas comment l'expliquer. Je ne sais pas si nous nous sommes pris en pitié. »

« Nous avons manqué le tir de pénalité et après, nous avons oublié de défendre, a renchéri Biello. Il y avait une autoroute en milieu de terrain. Nous n'étions plus capables de nous défendre. Nous perdions nos duels. »

Molino a pour sa part été précis sur un tir de réparation pour les visiteurs.

Visiblement frustrés, quelques joueurs de l'Impact s'en sont pris à des rivaux après le coup de sifflet final de l'arbitre, dont Victor Cabrera et Andrés Romero.

« C'est fragile, l'état d'âme de vainqueur, a mentionné Bernier. Quand vous gagnez, c'est positif, mais quand vous prenez un but, vous tombez sur les talons.

« Ce sera difficile, nous ne pouvons pas le cacher. Il nous reste six matchs et c'est encore mathématiquement possible. »

L'Impact jouera de nouveau mercredi quand il rendra visite au Toronto FC, sans pitié samedi soir à Los Angeles (0-4). Le Bleu-blanc-noir se rendra ensuite à Atlanta, dimanche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine