Retour

Revaloriser le travail saisonnier et abattre les préjugés

Le Collectif sur l'emploi saisonnier fait campagne pour revaloriser le travail saisonnier et adapter les programmes gouvernementaux à cette réalité.

Le Collectif sur l'emploi saisonnier veut profiter du Rendez-vous national sur la main-d'œuvre prévu en février prochain pour faire entendre les besoins des entreprises.

Écouter l’entrevue avec le directeur général de la Fédération québécoise des coopératives forestières, Jocelyn Lessard ainsi qu'avec le vice-président principal de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, François Chevrier à l’émission Au Cœur du Monde.

Le collectif veut combattre les préjugés entourant les travailleurs saisonniers. Ce type d’emploi est important dans la chaîne de valeurs des produits, selon le directeur général de la Fédération québécoise des coopératives forestières, Jocelyn Lessard. « La perception est qu’on tente de les sortir d’un milieu qui ne semble pas porteur pour eux. »

C’est très contre-productif pour ces secteurs qui ont absolument besoin d’une main-d’œuvre saisonnière.

Jocelyn Lessard, directeur général de la Fédération québécoise des coopératives forestières

Selon Jocelyn Lessard, Emploi-Québec décourage certains travailleurs d’aller dans les secteurs saisonniers, ce qui les empêche de bénéficier d’une subvention à la formation.

Si on n’a pas le soutien des programmes pour former les gens pour qu’ils soient les plus compétents possible […] ce n’est vraiment pas acceptable.

Jocelyn Lessard, directeur général de la Fédération québécoise des coopératives forestières

Dans le secteur touristique, 30 % des emplois sont saisonniers. Ces postes représentent souvent des emplois de première ligne touchant directement la clientèle. Il faut donc s’assurer d’avoir du personnel compétent, affirme le vice-président principal de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, François Chevrier.

On souhaiterait que l’aide disponible pour les employeurs permette qu’on profite des saisons un peu plus basses pour accroître la formation, le niveau de compétences et d’expertise des employés et non pas d’avoir l’impression qu’ils sont pénalisés par la nature saisonnière du secteur d’activité.

François Chevrier, le vice-président principal de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec

Il est important que les employés puissent revenir d’une saison à l’autre pour progresser dans le secteur de leur choix, selon François Chevrier. Le Collectif demande donc de mettre en place des dispositifs de reconnaissance du maintien du lien à l’emploi.

Ainsi, les travailleurs pourraient travailler dans une autre entreprise durant les basses saisons et ne pas être pénalisés lors de leur retour à leur emploi principal.

Bien que les emplois saisonniers touchent principalement les secteurs primaires, tous les secteurs sont touchés par les problématiques du secteur saisonnier, selon M. Chevrier. C’est pourquoi il incombe à Québec et à Ottawa de se pencher sur le dossier des travailleurs saisonniers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine