Retour

Robert De Niro s'excuse auprès des Canadiens et de Trudeau pour le comportement de Donald Trump

Quelques heures après avoir insulté Donald Trump, Robert De Niro a présenté lundi ses excuses... à Justin Trudeau pour les commentaires du président américain à son endroit.

De passage à Toronto, Robert De Niro a jugé « idiote » la conduite de Donald Trump au Québec. « C'est une honte », a-t-il ajouté, alors qu'il participait à l'inauguration de travaux en vue de la création d’un hôtel et restaurant Nobu.

La douzaine de personnes présentes ont applaudi le comédien pour cette sortie. Lui aussi sur place, le maire de Toronto, John Tory, a réagi en remerciant Robert De Niro.

Triomphe aux prix Tony

Dimanche soir, l'acteur deux fois oscarisé s'est attiré une ovation, lors de la cérémonie de remise des prix Tony du théâtre à New York, en s'écriant sur scène, le poing levé : « Fuck Trump! » (« J'emmerde Trump! »)

L'acteur de 74 ans a prononcé cette « amabilité » à l'égard du président américain au moment de décerner à la légende du rock Bruce Springsteen un de ces prix, les plus prestigieux dans le monde du théâtre aux États-Unis.

« Je vais dire une chose : fuck Trump! » s'est exclamé l'acteur en levant le poing, déclenchant un délire parmi les spectateurs du Radio City Music Hall de New York, qui se sont levés pour l'acclamer. Maintenant ce n'est plus : à bas Trump. C'est : fuck Trump! » a-t-il insisté, en appelant les électeurs à voter lors des élections de mi-mandat en novembre prochain.

La chaîne de télévision CBS, qui retransmettait l'événement en différé de quelques secondes, a réussi à couper ce passage in extremis.

Robert De Niro n'en est pas à son coup d'essai contre Donald Trump. En 2016, l'acteur new-yorkais avait affirmé que celui qui n'était alors que candidat à la présidence américaine était « un idiot, totalement cinglé et d'une stupidité sans excuse ». « Il aimerait coller son poing dans la gueule des gens? C'est moi qui aimerais lui coller mon poing dans la gueule! », avait également lancé De Niro, en référence à une menace proférée par Trump contre les protestataires qui perturbaient ses réunions électorales. Puis, en 2017, il avait qualifié le gouvernement Trump de « comédie tragique et crétine ».

The Band's Visit et Harry Potter triomphent

La comédie musicale The Band's Visit, inspirée du film La visite de la fanfare, et la pièce Harry Potter et l'enfant maudit ont dominé la cérémonie dimanche à New York.

Création très atypique au regard des canons habituels de Broadway, The Band's Visit a remporté 10 Tonys, dont le principal, celui de la meilleure comédie musicale.

Tout comme le film du même titre, elle raconte l'histoire d'une fanfare de la police égyptienne qu'un imbroglio mène au fin fond du désert israélien pour une rencontre inattendue entre nationalités, religions et cultures.

Rares sont ceux qui auraient tablé, en début de saison, sur la trajectoire de cette comédie musicale, en compétition avec des poids lourds comme La reine des neiges ou Bob l'éponge.

Mais l'immense succès critique de The Band's Visit, sa popularité croissante, son sujet et son message éminemment politiques l'avaient placé en position idéale pour les prix Tony.

Outre le Tony de la meilleure comédie musicale, cette production jouée à l'Ethel Barrymore Theatre a décroché les deux prix d'interprétation pour des rôles principaux, ainsi que, notamment, celui de la mise en scène et de la meilleure musique.

L'acteur américain Tony Shalhoub, déjà titulaire d'un Golden Globe et de trois Emmy Awards pour son rôle dans la série télévisée Monk (2002-2009), a reçu le Tony du meilleur premier rôle masculin pour son interprétation du personnage de Toufik.

En recevant son prix, il a rendu hommage à son père, immigré libanais arrivé à New York en 1920.

Pour lui, cette récompense célèbre tous les immigrés qui sont venus, comme son père, s'installer aux États-Unis, « leurs aspirations, leurs ressources, leur créativité et leur altruisme ». « Espérons que nous, leurs descendants, ne perdrons jamais de vue ce qu'ils nous ont appris », a-t-il conclu, d'une voix qui trahissait son émotion.

« Notre spectacle offre un message d'unité dans un monde où de plus en plus de choses tendent à amplifier nos différences », a commenté Orin Wolf, l'un des producteurs de The Band's Visit, en recevant le prix de la meilleure comédie musicale.

Avec ses 10 Tony, le grand vainqueur de l'année a approché la performance d'Hamilton, récompensée 11 fois en 2016, et The Producers, la référence, absolue, primée 12 fois en 2001.

Également attendue, Harry Potter et l'enfant maudit est repartie avec six prix Tony, dont ceux de la meilleure pièce et de la meilleure mise en scène (John Tiffany).

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine