Roger Federer tient son huitième championnat sur la prestigieuse pelouse de Wimbledon. Le roi du grand chelem s'est imposé en trois manches de 6-3, 6-1 et 6-4 contre le Croate Marin Cilic dans la traditionnelle finale du dimanche.

Le grand Suisse n’allait pas rater cette chance de devenir le joueur le plus titré de l’histoire à l’All England Club, devant les sept sacres de l’Américain Pete Sampras, de 1993 à 2000, et du Britannique William Renshaw, de 1881 à 1889.

Dominant à tous points de vue contre Cilic, Federer n’aura pas perdu une seule manche au cours du tournoi. Aucun joueur depuis Bjorn Borg en 1976 n’y était parvenu en simple masculin à Wimbledon.

Troisième joueur à gagner deux tournois du grand chelem sans perdre une manche, Federer avait réalisé l’exploit en 2007 en Australie.

« [Cilic] s’est bien battu, c’est un héros, a affirmé Federer. Je me sens si bien. C’est magique de gagner ce tournoi sans perdre une manche. Je ne savais pas si j’allais revenir après l’an dernier. Mais j’ai continué à y croire, à y rêver, et me voici avec le huitième trophée. C’est formidable. »

Le public anglais a craint pour Cilic lorsqu’il a fait appel au soigneur à 3-0 en deuxième manche. En pleurs, le Croate semblait à un cheveu de devenir le premier joueur à abandonner en finale de simple à Wimbledon depuis 1911.

Cilic est cependant revenu au jeu quelque temps après. Une autre visite du soigneur à la fin de la manche a révélé un pied gauche visiblement mal en point. Quelques comprimés et un nouveau bandage plus tard, Cilic a semblé retrouver un peu de vigueur.

« Je n’abandonne jamais un match; c’est ce qui m’a animé aujourd’hui, a avancé Cilic après la rencontre.

Brisé à quatre reprises avant la troisième manche, en grande difficulté avec sa deuxième balle (39 % de points gagnés sur l’ensemble du match), Cilic a mieux défendu son service par la suite.

Un autre bris au septième jeu a toutefois ouvert la porte au sacre de Federer, qui a mis fin à la rencontre avec un as.

Plus d'articles

Commentaires