Le 29 juin, la vie de Rosalie Lirette Gilbert a basculé. Elle a reçu un diagnostic de leucémie aiguë myéloblastique et elle a besoin d'un donneur de moelle osseuse autochtone pour lui sauver la vie.

« Après trois semaines de recherche, ils m'ont classée dans la liste de très difficile à trouver un donneur », raconte la jeune femme de 19 ans au sujet d'Héma-Québec. Les larmes aux yeux, elle explique que ses racines huronnes compliquent les recherches.

Après de nombreux traitements de chimiothérapie, Rosalie Lirette Gilbert est maintenant en rémission, mais sans greffe, le cancer risque de revenir.

Sa grande soeur, Hélisa, a lancé un appel à l'aide sur Facebook pour trouver un donneur compatible pour Rosalie. La publication a été partagée près de 4500 fois.

« J'ai su qu'Héma-Québec, dans les trois jours après ma publication, a eu plus de 100 inscriptions pour les dons de moelle osseuse et de cellules souches », raconte Hélisa Lirette Gilbert.

Malheureusement, le donneur autochtone qui pourrait venir en aide à Rosalie n'a pas encore été trouvé et même sa soeur n'est pas compatible. « J'avais une chance sur quatre d'être compatible avec elle, et finalement je ne le suis pas », se désole Hélisa Lirette Gilbert.

Avec son cri du coeur sur Facebook, elle souhaite trouver un donneur autochtone pour sa soeur, mais elle veut aussi encourager les membres des Premières Nations à donner à Héma-Québec, parce que Rosalie Lirette Gilbert n'est pas la seule personne dont la vie dépend de ces donneurs.

Plus d'articles

Commentaires