On peut certainement dire que c'est avec l'énergie du lion que le ministre Gaétan Barrette mène la bataille des transferts en santé contre Ottawa. Mais si le ministre Barrette ne craint pas d'afficher haut et fort son différend avec le gouvernement fédéral, il semble en être tout autrement pour le premier ministre Philippe Couillard. Aurait-il peur de contrarier le gouvernement Trudeau?

Martine Biron

  Un texte de Martine Biron

On laisse entendre, en coulisse, que le texte écrit par Philippe Couillard en 2011 sur les transferts fédéraux a été divulgué par Ottawa. N'empêche, malgré l'embarras qu'il a pu susciter, le premier ministre semble toujours croire ce qu'il a écrit. Il l'a non seulement déjà dit à nos micros en 2014, mais il l'a aussi répété lors la dernière période des questions jeudi dernier.

Voilà une déclaration qui se rapproche du discours de la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, mais qui jure avec celle de son propre ministre de la Santé.

Depuis des semaines maintenant, Gaétan Barrette s'évertue à répéter sur toutes les tribunes, à Toronto et à Ottawa, que si l'innovation est une bonne idée, il s'agit en fait d'un « buzz word » qui ne réglera pas tout. L'argent comptant et trébuchant doit aussi être au rendez-vous, a expliqué le ministre Barrette, parce que le vieillissement de la population met énormément de pression sur le système. Selon Québec, il est donc absolument nécessaire que l'augmentation des transferts fédéraux soit maintenue à 6 % pour les 10 prochaines années.

Sans cette augmentation - et on l'a constaté dans la mise à jour économique présentée mardi dernier -, le gouvernement du Québec prévoit que la croissance des dépenses en santé sera d'environ 3 %, alors que le ministre Barrette répète à qui veut l'entendre que pour simplement arriver kif-kif, il faut prévoir une augmentation des dépenses d'au moins 4 %.

Dans ce contexte, sans savoir ce qu'Ottawa fera, la décision du gouvernement d'abolir la taxe santé peut apparaître surprenante, voire aberrante. Comment peut-il se priver de 760 millions de dollars par année? Cette taxe pour le moins controversée, mise en place par l'ancien gouvernement Charest, avait justement pour objectif de financer les nouveaux services que le vieillissement de la population rend nécessaires, comme les soins à domicile.

Le piège

Entre-temps, si Ottawa maintient sa position et limite l'augmentation des transferts en santé à 3 %, on comprend que Québec fera face à un manque à gagner de l'ordre de 7 milliards de dollars d'ici 2025. Pour compenser, le gouvernement fédéral brandit une enveloppe de 3 milliards de dollars destinée aux soins à domicile. Non seulement cette proposition soulève un débat sur le pouvoir de dépenser, mais plus encore, cette enveloppe a une durée de vie limitée. Toutes les provinces du pays se partageront un milliard de dollars par année durant trois ans. Que se passera-t-il après?

En fait, si ce scénario était retenu, Philippe Couillard pourrait laisser entendre, lors de la campagne électorale de 2018, que les dépenses en santé sont stables. Mais en 2019, quand l'enveloppe fédérale sera épuisée et que les transferts, eux, auront été limités, le gros nuage noir, lui, sera rendu au-dessus de nos têtes.

Plus d'articles