Vous connaissez sans doute le wi-fi, mais avez-vous déjà entendu parler du li-fi? C'est une technologie qui commence à prendre son essor et qui permet d'accéder au web grâce à la lumière. Une première entreprise québécoise a décidé de la commercialiser.

Un texte d'Olivier Bachand

À première vue, les bureaux de Global LiFi Tech, à Longueuil, ressemblent à ceux de n'importe quelle entreprise. Mais dans une des pièces, un panneau lumineux fixé au plafond attire l'attention. Il ne fait pas qu'éclairer l'endroit, il permet aussi de se connecter à Internet.

Cette nouvelle technologie, largement méconnue du grand public, s'appelle le li-fi. Le terme est une contraction des mots anglais light et fidelity, qu'on peut traduire en français par « lumière » et « fidélité ». Il fait penser au mot « wi-fi », une contraction de wireless fidelity, qu'on peut traduire par « fidélité sans fil ».

Cette ressemblance entre les deux mots n'est pas une coïncidence. L'usage du li-fi est similaire à celui du wi-fi.

« La seule différence, c'est que le wi-fi transmet des données à travers des radiofréquences, donc des ondes électromagnétiques. Le li-fi, lui, va transmettre des données à travers le spectre lumineux », explique Patrick Burle, cofondateur de Global LiFi Tech.

L'éclairage de type DEL, qui comprend des composants électroniques, est à la base de cette technologie qui permet la transmission de données.

Global LiFi Tech commercialise la technologie mise au point par l'entreprise française Oledcomm, fondée en 2012 par le professeur Suat Topsu, que l'on peut décrire comme l'un des pionniers dans le domaine. Il mène des recherches sur le li-fi depuis 2005.

Son équipe vient de mettre en marché une lampe de bureau vendue 1700 $, destinée à des clients qui souhaitent accéder au li-fi sans installer de plafonniers DEL, pour lesquels il faut passer des câbles dans les plafonds. « Le marché avait besoin de ce genre de produit pour se démocratiser et se faire connaître. C'est un produit qui est facilement connectable », estime Patrick Burle.

Selon lui, le li-fi comporte certains avantages par rapport au wi-fi qui pourraient charmer d'éventuels clients : il est plus rapide et plus difficilement piratable. « Les données vont rester dans l'environnement du spectre lumineux. Donc, il n'est pas possible de venir le pirater, à moins évidemment que le hacker se trouve à côté de vous. » Par contre, il est impossible d'accéder au web lorsqu'on quitte le spectre lumineux.

La géolocalisation, atout du li-fi

Le li-fi permet aussi de géolocaliser très précisément les appareils qui y sont connectés.

La technologie est déjà utilisée dans certains musées européens pour que les visiteurs puissent utiliser leurs appareils mobiles en guise d'audioguides.

Pour y arriver, ils n'ont qu'à télécharger une application qui déclenche un contenu différent chaque fois qu'ils se déplacent sous le spectre lumineux d'une lampe li-fi à une autre, à divers endroits de l'exposition.

Le procédé peut aussi être utilisé dans les magasins, afin d'envoyer des offres promotionnelles aux clients, selon le rayon où ils se trouvent.

Le li-fi testé à l'UQAM

Patrick Burle et son équipe ont conclu un partenariat avec l'Université du Québec à Montréal (UQAM) pour installer le li-fi dans un laboratoire où l'on teste une multitude de nouvelles technologies qui entourent les objets connectés.

Au cours des prochains mois, le professeur Ygal Bendavid, de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM, et ses étudiants mettront le li-fi à l'épreuve d'un point de vue pratico-pratique.

« La faisabilité technique, elle est là. Le business case qui va permettre de justifier des investissements dans des technologies comme ça, je ne le connais pas encore, et c'est justement ce qu'on va voir ici dans ce laboratoire », explique Ygal Bendavid.

Selon Patrick Burle, le li-fi sera d'abord déployé dans des entreprises et des institutions, avant de gagner le marché résidentiel.

Vidéotron s'intéresse à cette technologie, tout comme Air Canada, qui fera installer le li-fi à l'aéroport de Montréal, dans ses salons destinés à la clientèle d'affaires. Les villes qui possèdent des lampadaires DEL pourraient aussi l'utiliser pour transmettre des informations aux citoyens.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine