Retour

Sean Penn a interviewé « El Chapo » pendant sa cavale, facilitant sa capture 

C'est l'entrevue réalisée par Sean Penn avec Joaquin « El Chapo » Guzman qui aurait permis de mener à son arrestation, confirme une source gouvernementale. En cavale depuis sa spectaculaire évasion en juillet, le baron de la drogue a été retrouvé vendredi dans la ville côtière de Los Mochis, dans l'État de Sinaloa, sa région natale. 

Dans son édition de samedi, le magazine américain Rolling Stone rapporte qu'El Chapo a rencontré l'acteur américain dans sa cachette au Mexique quelques mois avant d'être arrêté par l'armée mexicaine.

Malgré ses efforts pour maintenir le secret, le gouvernement mexicain « a eu connaissance de cette rencontre » qui a aidé à mettre la main vendredi sur Guzman, selon une source gouvernementale.

Sean Penn et sa facilitatrice interpellés

La publication de la rencontre entre Sean Penn et Joaquin Guzman survient après la révélation d'informations selon lesquelles El Chapo aurait pris contact avec des personnalités hollywoodiennes concernant un film racontant sa vie.

Sean Penn raconte dans l'article que le trafiquant de drogue souhaite que l'actrice mexicaine Kate del Castillo, celle-là même qui aurait facilité la rencontre entre l'acteur et El Chapo, soit impliquée dans le projet. 

Les autorités mexicaines ont affirmé dimanche vouloir rencontrer les deux acteurs. 

« C'est exact, bien sûr, [nous voulons les entendre] afin de déterminer les responsabilités », a indiqué une source à l'AFP, sous couvert d'anonymat. 

Un trafiquant de drogue? 

Dans l'article et l'entrevue, l'acteur décrit les mesures complexes qu'il a dû prendre pour rencontrer le narcotrafiquant le plus recherché du monde.

Il affirme avoir discuté de plusieurs sujets avec Joaquin Guzman, dont le trafic de drogue et la situation au Moyen-Orient.

L'acteur a également demandé à El Chapo qui devait être tenu responsable du trafic de drogue.

Possible extradition

Un responsable mexicain a par ailleurs laissé entendre, samedi, que le Mexique était disposé à extrader le baron de la drogue aux États-Unis, ce qui constitue un important revirement par rapport à la position officielle des autorités mexicaines après sa dernière capture, en 2014.

Il a toutefois prévenu qu'il pourrait falloir beaucoup de temps avant que les procureurs américains puissent avoir Joaquin Guzman devant eux.

« Il a beaucoup de dettes à payer au Mexique, mais si c'est nécessaire, il peut les payer ailleurs », a lancé Manlio Fabio Beltrones, président du Parti révolutionnaire institutionnel du président Enrique Peña Nieto.

L'avocat du narcotrafiquant, Juan Pablo Badillo, a toutefois déclaré au quotidien Milenio que la défense avait déjà déposé six requêtes pour contester les demandes d'extradition. Il s'est même engagé à porter le cas jusqu'à la Cour suprême pour éviter une extradition. 

« Il ne devrait pas être extradé, car le Mexique a une Constitution juste », a-t-il déclaré aux journalistes devant la prison d'Altiplano, à 90 kilomètres de Mexico, où El Chapo a été incarcéré vendredi soir après sa capture. Il s'agit de la même prison d'où il s'était évadé en juillet dernier. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine