Retour

Semaine cruciale pour résoudre la crise des migrants en Europe

Les États membres de l'Union européenne, divisés, vont tenter mardi et mercredi de trouver en urgence une réponse crédible à l'afflux des migrants en Europe pour résoudre une crise d'une ampleur sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé dimanche ses pairs à prendre leurs responsabilités.

« L'Allemagne souhaite apporter de l'aide. Mais ce n'est pas un défi pour l'Allemagne seule, c'est un défi pour toute l'Europe, a déclaré Angela Merkel. L'Europe doit agir ensemble et prendre ses responsabilités. L'Allemagne ne peut pas accomplir cette tâche seule. »

Adoptant un ton plus prudent que lors de ses précédentes déclarations, la chef du gouvernement allemand a indiqué que son pays ne pourrait pas accueillir les migrants qui fuient pour d'autres raisons que la guerre et les persécutions.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, qui préside les réunions de l'UE au sommet, a déclaré dimanche sur Twitter, après s'être rendu en Égypte et en Jordanie, que l'UE devait aider les réfugiés syriens à trouver une vie meilleure plus près de chez eux.

Les 28 États de l'Union européenne ont du mal à trouver une réponse commune à la crise, qui a mis à l'épreuve un certain nombre de ses membres les plus récents, à l'Est, qui n'ont pas l'habitude des phénomènes d'immigration à grande échelle.

Dimanche, la Hongrie a installé une porte en acier et une clôture à un point de passage à la frontière avec la Croatie, membre de l'UE depuis deux ans seulement.

Pour visionner ce reportage sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Des négociations cruciales

Débordée par l'afflux de migrants - quelque 25 000 cette semaine - la Croatie les renvoie vers la Hongrie plus au nord, par la route ou par le train, pour qu'ils passent ensuite vers l'Autriche.

La Hongrie, qui a déjà fermé sa frontière avec la Serbie, est en train de construire une clôture de 41 km à sa frontière avec la Croatie, et le passage de Baranjsko Petrovo Selo-Beremend était sur le point d'être fermé.

Quelque 10 700 migrants sont entrés dimanche en Autriche via la Hongrie, soit 200 de plus que samedi.

Il a précisé que, lors de leur sommet extraordinaire mercredi, les chefs d'État et de gouvernement de l'UE discuteraient des stratégies à long terme pour résoudre la crise, et notamment du développement de la coopération avec la Turquie et les pays frontaliers de la Syrie, pour tenter de maintenir les réfugiés près de chez eux.

L'augmentation des pouvoirs de Frontex, l'agence européenne chargée de contrôler les frontières, sera également à l'ordre du jour ainsi que les « hotspots », ces centres d'accueil et de tri des migrants, et que la constitution d'une liste de pays « sûrs », dont les ressortissants ne pourront en principe être admissibles au statut de réfugiés, a indiqué le responsable.

Au programme également : une demande d'aide accrue de la part du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), a indiqué Donald Tusk.

Auparavant, les ministres de l'Intérieur de l'UE, réunis mardi, devraient s'être mis d'accord sur un schéma de répartition volontaire, et non plus obligatoire, de 160 000 réfugiés dans l'ensemble de l'UE pour soulager les États en première ligne. Ces 160 000 ne sont qu'une petite partie de ceux qui entrent en Europe.

La France, par la voix de François Hollande, a dit souhaiter que les principaux sujets de tension sur la crise des migrants soient réglés par les ministres de l'Intérieur dès mardi, pour que les chefs d'État et de gouvernement n'aient à régler mercredi que les questions de financement.

Une réunion a eu lieu dimanche entre les ambassadeurs de l'UE pour mettre au point des compromis avant la réunion de mardi, mais plusieurs questions restent en suspens. Les travaux se poursuivent donc, a déclaré une porte-parole de la présidence de l'UE.

Les États-Unis se sont dits prêts, par la voix de leur chef de la diplomatie John Kerry, à accueillir 15 000 réfugiés supplémentaires venus du monde entier l'an prochain, pour un total de 85 000 en 2016 et 100 000 en 2017.

Plus d'articles

Commentaires