Retour

SEPAQ : un plan de relance pour augmenter l'achalandage

La Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) souhaite augmenter l'achalandage de 35 % sur ses différents sites d'ici 2022.

Un texte de Nicolas Vigneault

L’organisation qui a accueilli un nombre record de 7,2 millions de visiteurs cette année cible deux créneaux principaux afin d'attirer une nouvelle clientèle. Certaines des installations du réseau de la SEPAQ seront notamment améliorées afin d'attirer plus de familles dans ses parcs et réserves.

« Des grandes périodes zen de réflexion assis dans une chaloupe à contempler la nature, c'est un petit peu dur pour des enfants », reconnaît le président-directeur général de la SEPAQ, John Mackay.

Le PDG prône l’ajout de parcs d'amusement pour les enfants sur plusieurs de ses aires de camping, dans les réserves et les parcs nationaux afin de divertir les familles même en pleine forêt.

La SEPAQ veut également bonifier son offre en saison hivernale pour attirer les visiteurs. « On part de 3000 employés l'été à 1000 l'hiver », illustre M. McKay. Présentement, il y a six ou sept patinoires sur le territoire de la SEPAQ, un nombre qui risque d'augmenter au cours des prochaines années.

John Mackay a demandé à chaque organisation qu'il dirige de lui fournir un plan d'affaires afin d'augmenter l'achalandage. Cela signifie que les stratégies pourraient varier d'une région à l'autre.

Ancien zoo de Québec

La SEPAQ confirme par ailleurs être en discussion avec quelques groupes pour trouver une vocation au site de l'ancien Jardin zoologique de Québec. « Je croirais qu'au cours de l'été prochain on pourrait faire des annonces », affirme John Mackay qui refuse toutefois de donner des détails sur la teneur des discussions qui sont en cours.

Il rappelle que la Société tient à des projets qui sont en harmonie avec la nature existante et non des projets immobiliers, comme l'avaient proposé des promoteurs lors du dernier appel de propositions lancé par la SEPAQ.

Aquarium international pour Québec

La direction de l'Aquarium de Québec, géré par la SEPAQ, se penche aussi sur des projets de développement afin d'en faire un établissement de calibre international.

« Qu'est-ce que ça prend dans nos installations pour que quelqu'un parte de New York en auto ou en avion et vienne chez vous? C'est le genre de propositions que l'on regarde. Ça prend des produits forts », précise M. MacKay, affirmant aussi que le fruit de cette réflexion sera connu sous peu.

Des projets utilisant les nouvelles technologies sont actuellement sur la table. « Des systèmes 3D, des systèmes qui pourraient nous permettre de créer des histoires où les enfants pourraient être les héros. »

Nouveau logo

Au cours des derniers mois, la SEPAQ a aussi refait son image de marque et lance un nouveau logo qui servira à identifier l'organisation sur l'ensemble de ses affiches un peu partout à travers le Québec.

Présentement, les images permettant d'identifier les établissements peuvent varier. « C'est plus profitable pour la SEPAQ si elle s'identifie sous un seul vocable », conclut le PDG de l'organisation.

Plus d'articles

Commentaires