Retour

« Serrer les genoux » : l’ex-juge Camp pourra redevenir avocat

Robin Camp, l'ancien juge controversé qui avait demandé pourquoi une plaignante n'avait pas « serré les genoux » pendant un procès pour agression sexuelle pourra reprendre la pratique du droit en Alberta.

C’est ce qu’a décidé le Barreau de l’Alberta après avoir tenu une audience de réintégration pour l’ex-magistrat de la Cour fédérale. L’ancien juge devra toutefois se soumettre à certaines conditions, dont celle de tenir régulièrement le Barreau à jour sur la gestion de sa pratique.

Il ne pourra pas non plus apparaître en cour pour défendre un client sans avoir obtenu à l'avance l'approbation du Barreau.

Selon le témoignage de Robin Camp, son intention n’est pas de pratiquer le droit pénal, mais plutôt de travailler en tant qu’avocat indépendant ou membre d'un cabinet.

Démission en tant que juge

En mars 2017, Robin Camp a démissionné de son poste à la Cour fédérale après que le Conseil canadien de la magistrature (CCM) eut recommandé sa révocation pour des propos déplacés lors d'un procès pour agression sexuelle, en 2014.

Pendant le témoignage de la plaignante, M. Camp avait dit à la jeune femme que « la douleur et le sexe vont parfois ensemble » et lui avait demandé pourquoi elle n’avait pas « serré les genoux ».

Dans sa décision, le Conseil de la magistrature avait écrit : « La conduite du juge, examinée dans son ensemble et à la lumière de toutes ses conséquences, a porté si manifestement et si totalement atteinte aux notions d’impartialité, d'intégrité et d'indépendance de la justice qu’elle ébranle suffisamment la confiance de la population pour rendre le juge incapable de s’acquitter des fonctions de sa charge. »

Robin Camp s'est publiquement excusé plusieurs fois pour les commentaires qu'il a faits durant le procès. Il est aussi allé voir un psychologue.

Plus d'articles