Retour

Seuils d'immigration : « Nous, on refuse la numérologie », dit le chef du PQ

Même s'il refuse de chiffrer le nombre exact d'immigrants qu'un éventuel gouvernement du Parti québécois accueillerait chaque année, son chef Jean-François Lisée admet qu'il serait inférieur à ce qu'il est en ce moment, parce qu'il s'agit d'un « échec total ». Le PQ affirme vouloir surtout agir sur la manière de les intégrer.

« C’est sûr que le chiffre du succès, les premières années, va être moins de 50 000, parce que ça, c’est l’échec, a admis M. Lisée au micro de l’émission Midi info, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Le Parti québécois présentait mardi ses propositions en matière d’immigration, notamment celle d'inciter jusqu'à un immigrant sur quatre à s'installer en région et de s'assurer que les candidats connaissent le français dès leur arrivée.

Le PQ préfère ainsi miser sur le « succès » de l’intégration, plutôt que de politiser la question du nombre, a expliqué M. Lisée.

« En ce moment, les cibles sont tellement politisées, qu’elles ont perdu leur crédibilité, affirme-t-il. Les libéraux ont un jour décidé que ça en prenait de 50 000 à 53 000, même si on en perd la moitié, même si le chômage est trop élevé. Et là, un matin, peut-être en se rasant, François Legault a décidé que c’était 40 000. Ce n’est pas sérieux. »

« Nous, on refuse la numérologie », avait plus tôt déclaré le chef de l’opposition lors de la conférence de presse où il était accompagné des députés péquistes Sylvain Gaudreault et Catherine Fournier.

Évoquant des cibles allant de 30 000 à 40 000 immigrants, M. Lisée a rappelé qu’il veut laisser au vérificateur général le soin de faire des recommandations, « en fonction de nos besoins d’emploi et de notre capacité d’intégration ».

« Nous, le chiffre qu’on veut, à partir de maintenant, c’est le chiffre du succès », a martelé Jean-François Lisée.

La semaine dernière, la Coalition avenir Québec présentait elle aussi son mémoire sur l’immigration, dans lequel elle stipulait qu’elle réduirait à 40 000 le nombre d’immigrants accueillis chaque année. L’an dernier, le gouvernement libéral présentait son plan selon lequel il prévoyait accueillir entre 49 000 et 53 000 immigrants pour l’année 2018.

Priorité au français

Par ailleurs, le Parti québécois entend renforcer les exigences liées à la connaissance du français, a expliqué le chef du PQ.

« Les gens qui arrivent au Québec sans parler le français, soit sont au chômage, soit s’en vont, et donc, ils perdent leur temps et le nôtre », a constaté Jean-François Lisée.

Il est illusoire de croire que l’augmentation des budgets en francisation va augmenter le taux de connaissance du français, écrit le PQ dans son mémoire. Il propose plutôt de s’assurer que les immigrants connaissent déjà la langue à leur arrivée, priorisant ainsi l’immigration de francophones ou de personnes ayant déjà de bonnes bases en français. Le niveau de connaissance de la langue serait établi en fonction de l’emploi que cherche à occuper l’immigrant.

« De grands pays comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne, la majorité des pays européens au cours des dix dernières années sont venus à cette conclusion. Si on veut le succès d’un immigrant chez nous, il faut qu’il connaisse la langue nationale, avant d’arriver. », a dit Jean-François Lisée en entrevue avec Patrice Roy.

« J’aime mieux avoir 30 000 immigrants avec 80 % de succès que 50 000 avec seulement 50 % de succès », a-t-il répondu à l'animateur qui lui demandait s'il baisserait les seuils d'immigration.

Le Parti québécois compte également allouer plus de points dans la grille de sélection des travailleurs qualifiés à ceux qui souhaitent s’établir en région plutôt qu’à Montréal. À terme, il souhaite qu’un immigrant sur quatre choisisse de s’établir hors de la métropole.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine