Retour

« Si vous avez notre enfant, vous avez notre pardon », dit le père d'Ariel Jeffrey Kouakou

Les parents du jeune Ariel Jeffrey Kouakou sont persuadés que leur enfant a été enlevé et lancent un cri du cœur à la personne qui a leur enfant. « Nous n'avons pas de haine ni de rancœur, si vous avez notre enfant, ramenez-le-nous. Vous avez notre pardon », a déclaré en pleurs le père d'Ariel, Kouadio Frédéric Kouakou, à sa sortie du poste de police vendredi.

Sa femme, Akouena Noella Bibie, et lui sont retournés faire une description complète de leur enfant à la demande des policiers.

« Ça fait six ans que nous sommes dans le quartier et notre fils ne se déplace jamais loin. J’ai la conviction qu’il a été enlevé », a-t-elle répété.

À leur sortie du poste de police, le couple a aussi tenu à s’adresser à la population.

« Je demande à tout le monde de m’aider à retrouver mon fils. C’est mon cœur qui parle, je ne tiens plus. Mon fils me manque », a déclaré sous l’émotion Akouena Noella Bibie.

Le couple a également remercié tous les bénévoles qui tentaient, avec eux, de retrouver le petit Ariel.

« Veillée d'espoir » dans Ahuntsic-Cartierville

Pour apporter un peu de soutien à la famille, une « veillée d'espoir » a été organisée en soirée au parc des Bateliers, près de l'entrée située au coin des boulevards Gouin et de l'Acadie. De nombreuses familles du quartier sont venues démontrer leur appui à la famille d'Ariel Jeffrey Kouakou.

« On veut se rassembler et prendre un petit moment pour montrer à la famille qu'on pense beaucoup à eux et qu'on souhaite qu'ils retrouvent leur fils, peut-on lire sur Facebook. Notre but est de montrer que même dans les moments les plus sombres, il y a toujours de la lumière. »

Des affiches pour retrouver le jeune garçon ont aussi été distribuées dans le quartier.

Les recherches se poursuivent

Policiers, pompiers, proches et bénévoles continuent leurs recherches dans l'espoir de retrouver le petit Ariel Jeffrey Kouakou, porté disparu il y a maintenant quatre jours.

Kouadio Frédéric Kouakou, le père de l’enfant âgé de 10 ans, croit qu’il est toujours vivant.

« J’ai grand espoir que mon fils est quelque part, a-t-il dit jeudi. Il est avec quelqu’un certainement, qui est dépassé par les événements aujourd’hui. Mais je lance un appel, vraiment, à cette personne-là […] Qu’elle nous aide à retrouver notre garçon. »

Les recherches se concentrent dans l’arrondissement d’Ahunstic-Cartierville, près de la rivière des Prairies, notamment autour du parc des Bateliers, où il a été aperçu pour la dernière fois par un témoin.

Des agents passent les lieux au peigne fin, parfois en véhicule tout-terrain, en motoneige ou à cheval. Un hélicoptère a aussi été mis à contribution.

Au moins deux vidéos montrent le garçon en train de marcher dans le secteur. La caméra de surveillance d’une station-service du boulevard Gouin montre Ariel en train de marcher d'un pas décidé sur le trottoir en face du parc des Bateliers.

Les policiers espèrent toujours mettre la main sur d’autres enregistrements.

« On va faire du porte-à-porte pour tenter de vérifier avec d’autres personnes si elles auraient des caméras de surveillance sur leurs résidences pour avoir d’autres images qui pourraient nous aider. On veut savoir si lundi, à partir de 14 h, on peut confirmer que le petit Ariel était dans le parc des Bateliers. Alors on va regarder les vidéos pour savoir si on pourrait le voir ressortir de ce parc et aller dans une autre direction qui pourrait nous aider, car pour le moment, toutes les hypothèses sont envisagées », rappelle Jean-Pierre Brabant, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Les proches d'Ariel participent aussi aux recherches. « On veut parler aux gens qui habitent près d'ici, explique Mireille N'Zi, la tante de l'enfant. S'ils ont vu quelque chose, n'importe quoi, si minime cela soit-il, ou même s'ils n'ont pas l'impression que c'est nécessaire, qu'ils n'aient pas peur de parler. »

La mère du garçon a quant à elle fourni un échantillon d’ADN aux policiers, vendredi matin, afin de permettre la comparaison avec celui prélevé sur des objets qui pourraient être découverts.

Ariel Jeffrey Kouakou mesure 1,40 m (4 pi 7 po) et pèse environ 40 kg (88 lb). Il a les yeux et les cheveux noirs et s’exprime en français.

Au moment de sa disparition, il portait un manteau à capuchon noir orné de fourrure, un pantalon gris aux couleurs du FC Barcelone et des souliers jaunes.

Toute personne ayant des informations peut appeler Info-Crime au 514 393-1133 ou au 911.

Il est à noter que le poste de commandement du SPVM, qui était jusqu'à maintenant basé dans le stationnement du restaurant Le Bordelais, a dû être déplacé vendredi aux Galeries Normandie, à 500 mètres du parc des Bateliers.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité