Retour

Sida : pas de « patient zéro » à l'origine de la pandémie

L'agent de bord québécois Gaétan Dugas, surnommé le patient zéro, n'est pas la personne qui a introduit le VIH aux États-Unis, confirme une analyse génétique de chercheurs américains et britanniques.

Un texte d'Alain Labelle

Cette analyse montre que le virus a fait le « saut » des Caraïbes à New York vers 1970, pour atteindre San Francisco vers 1975.

Le Québécois de 31 ans est mort du sida en mars 1984. En 1987, le journaliste Randy Shilts avait laissé entendre, dans son livre And The Band Played On, que la vie sexuelle très active du Québécois avait permis la propagation du virus.

Des preuves génétiques

Le biologiste moléculaire Michael Worobey et son équipe de l'Université de l'Arizona, à Tucson, et leurs collègues de l'Université de Cambridge ont reconstitué les origines de l'épidémie après avoir récupéré du matériel génétique (ARN) dégradé du virus (VIH) de huit échantillons sanguins (1978-1979) de victimes de New York et San Francisco.

En comparant ces échantillons avec celui de l'agent de bord collecté en 1983, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Nature ont établi que le génome viral de Gaétan Dugas était semblable aux souches virales qui circulaient en Haïti, où il était allé en 1977, ce qui est après le début de l'épidémie new-yorkaise.

L'homme était tombé malade en juin 1980 du virus qui ne portait pas encore son nom. Les dates ne coïncident donc pas avec le début de la pandémie. Conclusion : Gaëtan Dugas est l'un des milliers d'hommes de son époque infectés par le VIH.

Le patient zéro

« Dugas est l'un des patients les plus diabolisés dans l'histoire », explique Richard McKay, de l'Université de Cambridge.

La désignation par la lettre O pour Outside California (hors de Californie) de ce patient (numéro O57) dans un travail de recherche des Centres américains de contrôle des maladies en 1982 a contribué à la confusion, la lettre étant prise pour le chiffre zéro (premier cas, point de départ de l'infection...).

D'autres recherches historiques avaient déjà disculpé le Québécois.

Le VIH/sida s'est d'abord propagé en Afrique, à la fois par voie sanguine, lors de campagnes de santé publique où l'on utilisait des seringues contaminées, et par voie sexuelle, notamment par la prostitution. Il s'est ensuite répandu dans le monde, causant la pandémie actuelle.

Plus d'articles