Retour

Site web de CBC : une plainte contre des commentaires irrespectueux envers les francophones

Le juriste Michel Doucet, au Nouveau-Brunswick, s'apprête à porter plainte auprès de CBC au sujet de commentaires dont les francophones font l'objet sur le site Internet du diffuseur public.

Un texte de Pierre-Philippe LeBlanc

Des internautes publient souvent sur ce site des commentaires irrespectueux envers les francophones, souligne M. Doucet, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Moncton. Dans un message Twitter, il cite à titre d'exemple un internaute qui a écrit que les francophones devraient faire leurs valises et déménager au Québec ou en France.

Il s'agissait de la réaction d'un internaute à un reportage sur le rapport de la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick qui recommande que les gardiens de sécurité dans les édifices gouvernementaux soient bilingues.

« Je ne demande pas qu'on empêche les gens de critiquer la loi sur les langues officielles, de critiquer la Charte canadienne des droits et libertés ou les politiques linguistiques. Je demande plutôt que CBC s'assure que le contenu de ces messages-là s'attaque aux politiques et non pas aux individus et à la communauté. Il y a également une façon de le faire qui permettrait peut-être à certaines personnes de penser à deux fois avant d'émettre un commentaire. C'est de demander aux gens de s'identifier lorsqu'ils font un commentaire. Actuellement, on peut se cacher derrière un pseudonyme et dire n'importe quoi », a expliqué Michel Doucet lors d'une entrevue accordée à l'émission Le réveil Nouveau-Brunswick, d'ICI Acadie.

Michel Doucet ajoute que sa lettre de plainte devrait être prête au début de la semaine prochaine. Il invite toute personne qui souhaite l'appuyer de communiquer avec lui. Éric Forgues, directeur général de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, appuie sa démarche.

« Ce qui me choque un peu dans cette situation, c'est quand même une société d'État qui doit faire la promotion de la dualité linguistique au pays. En même temps, elle est en train de faire le contraire ici. On est en train de servir de plateforme pour faire la promotion de toutes sortes de propos, d'intolérance, d'incompréhension. Donc, il y a beaucoup d'incompréhension. Je me demande à quoi ça sert de fermer les yeux là-dessus. Je pense que ça ne sert pas la communauté anglophone ni la communauté francophone », affirme Éric Forgues.

Le diffuseur public réagit

Brodie Fenlon, directeur des médias numériques à CBC, rappelle que le réseau a déjà décidé de fermer ses forums publics dans le cas des articles portant sur les Autochtones parce que ce sujet suscitait plus de commentaires répréhensibles que tout autre. Les réactions du public à d'autres sujets sont aussi problématiques, dit-il.

Il explique que les commentaires publiés par les internautes sont modérés. Il invite toute personne qui juge qu'un commentaire contrevient aux règles indiquées sur le site web de cliquer sur l'option « flag » pour le signaler. Tous les commentaires signalés font l'objet d'une révision par les modérateurs.

M. Fenlon précise que la société d'État révise constamment ses politiques et fait des ajustements au besoin, ce qui comprend l'anonymat des internautes. Il explique que l'obligation pour les internautes de s'identifier par son véritable nom n'assure pas nécessairement la courtoisie dans leurs propos. Des propos répréhensibles sont souvent publiés dans les réseaux sociaux par des personnes qui ne cachent pas leur identité, dit-il. M. Fenlon ajoute que l'anonymat permet aux gens d'apporter de nouveaux angles à un sujet.

Plus d'articles

Commentaires