Retour

Six ans de travaux à prévoir dans les tunnels Ville-Marie et Viger

Après les chantiers du pont Champlain, du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, de l'échangeur Turcot et de l'autoroute Bonaventure, il y aura ceux des tunnels Ville-Marie et Viger.

Un texte de Jean-Sébastien Cloutier

Le ministère des Transports du Québec a lancé lundi un appel d'offres pour la réalisation d'une étude d'avant-projet en vue de la réfection majeure de ces deux tunnels situés entre les rues Guy et Saint-André, au centre-ville de Montréal.

Là aussi, les travaux s'annoncent très longs, soit six ans environ.

Selon l'appel d'offres, les travaux sur les quatre kilomètres de tunnel viseront « principalement à maintenir l'intégrité structurale et la fonctionnalité des équipements, ainsi qu'à rehausser le niveau de sécurité des tunnels ».

En d'autres mots, il faudra remettre à neuf la quasi-totalité des structures des tunnels Ville-Marie et Viger, puisque les travaux porteront sur « les tubes de tunnels souterrains, les murs de soutènement, les ponts d'étagement, les structures de recouvrement et les bâtiments et stations de pompage ». L'amélioration des systèmes de ventilation et d'éclairage est aussi au menu.

La durée prévue du contrat pour l'étude des solutions et avant-projet est de trois à cinq ans, ce qui veut dire que le chantier de Ville-Marie devrait commencer après ceux du pont Champlain, de Turcot et de Bonaventure.

Le mandat d'avant-projet prévoit « une stratégie de maintien de la circulation afin de réduire l'impact des entraves routières requises lors de l'exécution des travaux. [...] L'impact des différents types de fermeture est à estimer, notamment sur le réseau local et sur les grands axes est-ouest et nord-sud. Les chemins de détour sont à identifier, et l'utilisation possible de voies des tunnels à contresens est à valider ».

Au cours des dernières années, de nombreux travaux ont déjà été effectués dans les deux tunnels afin de maintenir leurs structures sécuritaires. On ignore encore le coût des travaux à venir, mais une étude de CIMA l'avait déjà estimé à 700 millions de dollars à la fin des années 2000.

Plus d'articles

Commentaires