Retour

Six Canadiens arrêtés et menacés d'extradition pour avoir vendu illégalement des médicaments

Six hommes d'affaires canadiens ont été arrêtés en vertu de la Loi sur l'extradition pour avoir participé à la vente de contrefaçons de médicaments contre le cancer. Ces arrestations ont eu lieu les 14 et 15 juin au Manitoba et en Colombie-Britannique.

Kristjan Thorkelson, Thomas Haughton, Ronald Sigurdson, Darren Chalus, Troy Nakamura et James Trueman sont tous recherchés par la police américaine pour avoir illégalement importé et vendu des contrefaçons des médicaments Altuzan et Avastin aux États-Unis. Ces individus et les entreprises auxquels ils sont liés auraient importé pour 78 millions de dollars de ces médicaments entre 2009 et 2012.

Certains d'entre eux, dont Kristjan Thorkelson, sont liés à l'entreprise winnipégoise CanadaDrugs.com qui détient un permis du Collège des pharmaciens du Manitoba. Selon son site internet, l'entreprise fournit des soins pharmaceutiques à distance depuis 2001.

Par le passé, CanadaDrugs.com avait déjà reconnu avoir vendu le médicament Avastin, mais avait indiqué ne pas savoir que les médicaments que l'entreprise vendait étaient des faux. Des tests avaient démontré que ces doses ne contenaient aucune substance active. En 2012, l'entreprise avait par ailleurs déclaré ne pas vendre ce médicament.

Des accusations de contrebande, de complot et de blanchiment d'argent ont été portées en 2014 par les autorités américaines contre l'entreprise canadienne et ses partenaires au Royaume-Uni et aux États-Unis. Une perquisition a par ailleurs été effectuée en 2015 dans les bureaux de CanadaDrugs.com à Winnipeg par la Gendarmerie royale du Canada.

Les six individus ont été libérés sous caution et devront se présenter en cour le 12 juillet prochain. Si un juge conclut que les autorités américaines ont assez de preuve pour amorcer un procès, ces hommes seront soumis à l'extradition. C'est toutefois la ministre de la Justice qui aura le dernier mot en ce qui concerne leur extradition chez nos voisins du sud.

Une personne ne peut faire l'objet d'une extradition que si l'acte qui lui est reproché est un crime tant au Canada que dans le pays qui présente la demande d'extradition.

Ces accusations n'ont pas été prouvées en cour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine