Retour

Six Canadiens parmi les victimes de l'attaque terroriste à Ouagadougou

Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué samedi que six Canadiens avaient été tués lors de l'attaque contre un hôtel du Burkina Faso, vendredi.

« Le Canada condamne au plus haut point les attentats terroristes meurtriers survenus à Ouagadougou, au Burkina Faso », peut-on lire dans un communiqué.

« Au nom de tous les Canadiens, nous offrons nos plus profondes condoléances aux familles, aux amis et aux collègues de toutes les personnes tuées, ainsi qu'un prompt rétablissement à toutes celles qui ont été blessées. Nous sommes profondément attristés par ces gestes insensés de violence contre des civils innocents. »

« Nous avons offert aux autorités burkinabées de les assister au cours de l'enquête sur ce crime terrible », poursuit le premier ministre.

Les forces de sécurité du Burkina Faso ont repris samedi le contrôle de l'hôtel Splendid, attaqué par un commando d'Al-Qaïda vendredi soir dans une opération qui a fait au moins 29 morts, selon les bilans disponibles.

D'après le ministère français des Affaires étrangères, deux Français sont morts dans cette attaque, la première contre la capitale du Burkina Faso. Une Française figure parmi les blessés, ajoute le Quai d'Orsay. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinat.

Deux ressortissants suisses ont aussi été tués dans l'attaque, a annoncé samedi soir le département fédéral des Affaires étrangères. Un Néerlandais figure également parmi les victimes.

L'ambassadeur de France dans le pays, Gilles Thibault, a fait état de 150 otages libérés durant l'assaut mené par les forces du Burkina Faso appuyées par les forces françaises et américaines.

Les autorités du Burkina Faso évoquent quant à elles 33 blessés et quatre assaillants tués, dont un « Arabe » et deux « Noirs africains ».

À la différence du Mali voisin, le Burkina Faso avait jusqu'à présent été largement épargné par les violences islamistes, bien que le pays ait connu des troubles politiques.

L'attaque djihadiste visait l'hôtel Splendid et le café-restaurant Cappuccino voisin, prisés des Occidentaux et des soldats français déployés dans le pays dans le cadre de l'opération Barkhane pour lutter contre les djihadistes au Sahel.

Elle a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) au nom d'Al-Mourabitoune, le groupe du djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar qui lui a fait allégeance.

Ce groupe était déjà impliqué dans l'attaque au scénario similaire menée en novembre dernier contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako, au Mali, qui avait fait 21 morts de diverses nationalités.

L'attaque de Ouagadougou signale une expansion des opérations de la mouvance islamiste dont les groupes forgent de nouvelles alliances pour apparaître plus visibles, en écho à la montée en puissance de l'État islamique au Moyen-Orient.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine