Retour

Société des traversiers : les frais d'exploitation des navires en hausse de 60 %

Les frais d'exploitation des navires de la Société des traversiers du Québec (STQ) sont passés de 12 millions de dollars en 2015-2016 à plus de 20 millions cette année, soit une hausse de près de 60 %.

Un texte de Joane Bérubé

La Société attribue dans son rapport annuel de gestion 2016-2017 la hausse de ses coûts d’entretien à ses investissements en immobilisation à sa traverse entre Matane et la Côte-Nord.

La STQ a déboursé près de 2,7 millions de dollars pour les frais d’entretien du traversier F.-A.-Gauthier entre juin 2016 et le 31 mars 2017.

Ces frais n'incluent pas ceux qui auraient été assumés par le constructeur du navire, le chantier italien Fincantieri dont la garantie se terminait en juin 2016.

Le F.-A.-Gauthier, qui a coûté 175 millions de dollars, a remplacé, en 2015, le traversier Camille-Marcoux qui a effectué la navette entre les deux rives pendant 41 ans.

Selon la STQ, une partie importante de l’augmentation des coûts liés à l’exploitation des navires vient justement de l’entretien et du démantèlement du traversier Camille-Marcoux qui était rendu à la fin de sa vie utile.

La STQ a déboursé 2,6 millions pour le maintien du navire au sein de sa flotte et 2,3 millions pour qu’il soit expédié au chantier de la Marine Recycling Corporation à Port Colborne en Ontario pour y être recyclé.

Les pertes avant la participation gouvernementale de la STQ se sont élevées à près de 120 millions de dollars lors du dernier exercice financier, en hausse de 20 millions par rapport au dernier exercice.

La STQ explique une hausse des charges d’amortissement d’immobilisation de 6,5 millions de dollars par les nouveaux aménagements terrestres effectués à Matane, à Godbout et à Baie-Comeau. L’organisme ajoute que les nouveaux emprunts pour les acquisitions et les travaux ont entraîné une dépense supplémentaire d’intérêts de 5 millions de dollars.

Travaux et achats pour le F.-A.-Gauthier

Depuis septembre 2016, la Société des traversiers a accordé pas moins d’une quinzaine de contrats pour des achats et diverses réparations destinées au F.-A.-Gauthier.

Ainsi la STQ a fait fabriquer et installer de nouvelles gouttières pour les cheminées, a notamment acheté des pièces de rechange pour le système d’alimentation en carburant ainsi que de nouveaux radeaux de sauvetage. La Société a aussi dû recourir à une firme d’Helsinki pour modifier son système d’enregistrement de données.

Les dépenses les plus importantes sont celles reliées à l’arrêt technique survenu au printemps, soit 174 000 $, ainsi que l’affrètement du CTMA Vacancier à près de 1,4 million de dollars. Ces dépenses, engagées en mai dernier, ne sont pas incluses dans le dernier rapport financier et font partie de l’entretien d’usage du traversier entre les deux rives.

Cet hiver, des problèmes avec la porte avant ont obligé la Société des traversiers à modifier la procédure d’embarquement des poids lourds et d’autres véhicules. La STQ a par ailleurs lancé à la fin septembre un appel d’offres pour l’achat de matériel hydraulique. La porte, dont la réparation a coûté jusqu’à maintenant plus de 60 000 $, ne fonctionne toujours pas.

La Société cherche aussi présentement à acquérir des pièces pour son moteur turbo.

Cet été, deux pannes, une en juillet et une autre en août, ont immobilisé le navire sur le fleuve pendant une traversée avec chaque fois à son bord plus de 200 passagers. Ces derniers ont dû attendre de longues heures sur le navire avant d’entrer chez eux.

Plus d'articles

Commentaires