Retour

Sommet du G7 : des manifestants pourraient « évacuer leur frustration », selon les organisateurs

Souhaitant « dénoncer le caractère impérialiste, colonialiste et anti-environnemental du sommet du G7 », qui va se tenir à La Malbaie les 8 et 9 juin, le Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7) compte faire entendre sa voix en organisant plusieurs manifestations dans la ville de Québec. Des débordements pourraient survenir, admettent-ils..

Un texte de Romain Schué

« J'espère que les manifestations vont bien se passer, que ce sera festif. Mais, c'est sûr, il y a beaucoup de frustration. C'est possible que des gens évacuent leur frustration », explique calmement Steeve, un porte-parole du RRAG7, devant les locaux du Comité social Centre-Sud.

Situé dans l'arrondissement de Ville-Marie, ce centre a accueilli samedi après-midi, durant près de trois heures, les membres de cet organisme créé en septembre dernier, pour « dénoncer [un] système injuste ».

Craignant de perdre son emploi, mais aussi de recevoir la visite des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Steeve a souhaité conserver l'anonymat, tout en acceptant néanmoins d'être pris en photo.

Ne pas « comparer des vies humaines avec des vitres pétées »

Préférant « dénoncer la casse réalisée par le système », en évoquant pêle-mêle les « dividendes aux actionnaires » ou encore des mesures qui « envoient le Bangladesh sous l'eau », Steeve indique ne pas vouloir « comparer des vies humaines avec des vitres pétées. »

« Personnellement, les violences contre les choses ne me dérangent pas, contrairement à la violence contre les personnes », ajoute-t-il, en faisant référence « aux mouvements d'extrême droite ».

Selon lui, les mouvements de La Meute et Atalante Québec pourraient venir « provoquer » le RRAG7 et les autres groupes qui devraient les rejoindre dans la capitale nationale.

« Personnellement, tout comme la provocation de la police, ça m'inquiète », assure-t-il, ajoutant qu'il ne serait pas étonné de voir des militants du Black Block.

Une journée de « perturbation » prévue

Combien de personnes se rendront à Québec pour ces manifestations? « Impossible » de prédire, assure-t-on, en soulignant que les inscriptions sont toujours en cours.

Le chiffre de 2000 à 3000 manifestants a néanmoins été évoqué à Radio-Canada, priée de rester à l'extérieur des lieux pour cette ultime rencontre de préparation.

Spécialiste de l'altermondialisme et membre du RRAG7, le professeur de science politique à l'UQAM, Francis Dupuis-Déri, a notamment assisté à cette réunion, mais il n'a pas souhaité émettre de commentaire.

Les détails concernant le type de « perturbation », ainsi que le parcours des manifestants, n'ont pas été divulgués. Seule certitude, le RRAG7 se rendra devant le Centre des Congrès de Québec, « là où les négociations vont se faire, car La Malbaie [où se rendront les sept chefs d'État], ce sera juste pour les photos avec les leaders », affirme Steeve.

Ce dernier admet par ailleurs que de nombreux manifestants devraient être masqués. « Beaucoup sont forcés de le faire pour ne pas perdre leur emploi », précise-t-il, en indiquant aussi que le port d' « un tissu avec du jus du citron » sur le visage permet de réduire les effets du gaz que pourrait lancer les forces de l'ordre pour disperser les manifestants.

Le RRAG7 a mentionné avoir mené au cours des derniers mois plusieurs ateliers afin de prévenir et conseiller ses membres en cas de confrontation avec la police.

« Un forum antidémocratique », selon le RRAG7

Dans différentes affiches et tracts, le RRAG7, qui compte « faire pression » sur les principaux dirigeants attendus, énonce les raisons de ses prochaines interventions.

« L'objectif de ce sommet n'est pas de régler la catastrophe climatique annoncée, mais de s'assurer de maintenir l'hégémonie de ses pays membres sur une planète à bout de souffle. L'agenda peut sembler progressiste, mais l'expérience démontre que ces belles paroles ne mèneront à rien de bénéfique », peut-on lire.

Ce G7 est par ailleurs considéré comme « un forum antidémocratique », qui impose un « projet néolibéral » et qui va « accroître la misère et les inégalités » dans le monde.

« Ils [les dirigeants] ont de beaux principes, mais en rentrant dans leur pays, ils ne mettent en application que des résolutions économiques, spécifie Steeve. Pour l'environnement, il ne se passe rien. La COP 21 [à Paris en 2015] n'a rien donné. C'est un gros problème et on fait face à un mur. »

Sécurité renforcée

Pour ce sommet, la sécurité sera grandement renforcée. La GRC a prévu de faire venir près de 3000 policiers et des dizaines de bergers allemands en vue de cette rencontre diplomatique.

Une zone rouge, autour du Manoir Richelieu, sera par ailleurs encerclée par une clôture de 3,7 km.

Une zone verte, pour les quelque 600 résidents voisins, sera elle aussi délimitée par une autre clôture de 1,4 km. Tous les citoyens devront obtenir une accréditation.

Une assemblée publique aura par ailleurs lieu le 16 mai à Québec, qui accueillera le centre de presse du Sommet. Environ 2500 journalistes sont attendus.

Le coût total de ce Sommet est estimé pour le Canada à près de 604 millions de dollars, comprenant les coûts d’opération et de sécurité.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards