Retour

Spectacle-bénéfice pour Mike Ward : « Pour la liberté d'expression », dit Gilbert Rozon

Le spectacle-bénéfice pour Mike Ward organisé par Juste pour rire s'est déroulé samedi soir au Métropolis. Plus qu'une levée de fonds, pour Gilbert Rozon, l'évènement intitulé Free Mike Ward a été organisé « pour défendre la liberté d'expression ».

Des dizaines d'humoristes étaient au rendez-vous pour soutenir la cause, tels que Jean-Thomas Jobin Dominic Paquet, l'Américain Jeff Ross, le Britannique Jimmy Carr et la Française Blanche Gardin. 

Chaque humoriste a adressé un message de soutien à Mike Ward, mais certains se sont permis de faire des blagues sans aucun lien avec le thème du jour. 

Si le spectacle permet à l'humoriste Mike Ward de récolter des fonds pour payer ses frais judiciaires dans sa cause perdue contre Jérémy Gabriel, l'argent amassé en surplus sera versé dans un compte en fidéicommis. Les fonds seront mis à la disposition de tout humoriste qui devrait faire face à une poursuite du genre, a expliqué le fondateur du festival Juste pour rire Gilbert Rozon, sur ICI RDI.

« Cent pour cent du surplus vont être placés dans un fonds pour aider les prochains. Comme dans le cas de la poursuite bidon contre Le Journal de Mourreal, l'humour et la satire ne devraient pas être illégaux », a fait valoir Mike Ward sur sa page Facebook. 

L'initiative d'un spectacle-bénéfice ne vient pas de l'humoriste lui-même, a précisé Gilbert Rozon. « Ce sont des humoristes internationaux qui en ont fait la demande », a-t-il précisé. 

« Les humoristes - de grandes vedettes - m'ont dit :"Voyons! On vient au Québec pour le plus grand festival de l'humour, et on croyait que c'était une terre de liberté. C'est quoi, cette affaire-là?" », a dit M. Rozon.

Un verdict qui fait réagir

Le verdict de la Commission des droits de la personne, tombé le 20 juillet dernier, oblige Mike Ward à verser la somme de 42 000 $ à Jérémy Gabriel et sa mère. Cette décision a fait réagir plusieurs acteurs du milieu culturel au  Québec. 

Gilbert Rozon croit qu'un jugement de la sorte est « l'ouverture à tous les abus ». La semaine dernière, Louise Richer, directrice de l'École nationale de l'humour, s'est dite « incroyablement inquiète » par cette décision.

Sur sa page Facebook, l'humoriste François Massicotte s'est dit en faveur du jugement. Peter MacLeod a pour sa part dénoncé le verdict. 

Simon Olivier Fecteau s'est dit contre le jugement sans pour autant être « contre Jérémy », jugeant qu'il revient « au public de décider ce qu'il veut entendre ou non ».

D'autres humoristes, dont Guy Nantel, Jean-Thomas Jobin et Sugar Sammy, ont défendu Mike Ward sur les réseaux sociaux.

Le jugement divise également les internautes. Le message Facebook d'une enseignante, qui trace un lien entre les blagues de Mike Ward et le phénomène de l'intimidation, a été relayé plus de 51 000 fois en 3 jours.

« Donc, d'une part, socialement, on s'entend tous pour prendre des mesures pour contrer l'intimidation, et d'autre part, on doit donner libre cours à un humoriste qui insulte et s'acharne à ridiculiser un jeune qui est déjà victime des moqueries à son école? (...) Monsieur Ward, à quoi avez-vous pensé en répétant ces blagues méprisantes à l'égard d'un ado qui cherche à faire sa place malgré son handicap? », écrit Julie Boivin.

En plus du spectacle-bénéfice, l'humoriste a entrepris une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe afin de payer les 93 000 $ qu'il a déboursés pour se défendre en Cour. Plus de 35 600 $ ont été récoltés à ce jour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine