L'ex-premier ministre conservateur Stephen Harper a été aperçu lundi alors qu'il quittait l'aile ouest de la Maison-Blanche où se trouvent les bureaux des principaux conseillers du président Donald Trump. L'ancien chef du gouvernement devait y rencontrer deux pilliers de l'administration américaine.

L'ancien politicien a été croqué sur le vif par un photographe de l'Associated Press alors qu'il quittait le siège du pouvoir exécutif américain, mais ni l'équipe de l'ex-premier ministre ni l'administration américaine n'ont voulu commenter cette visite dans la capitale des États-Unis.

Une réunion était prévue avec Larry Kudlow, directeur du National Economic Council et principal conseiller du président Trump en matière d'économie, ainsi qu'avec John Bolton, conseiller en matière de sécurité nationale, mentionnent plusieurs sources ayant réclamé l'anonymat.

Larry Kudlow est ce même responsable qui a déjà accusé le premier ministre Justin Trudeau d'avoir « poignardé » les États-Unis « dans le dos » à l'issue du plus récent sommet du G7, à La Malbaie.

Stephen Harper n'avait pas informé l'actuel gouvernement fédéral de son intention de se rendre à la Maison-Blanche, suscitant une certaine confusion dans l'entourage de M. Trudeau, rapporte la CBC.

Lundi, M. Harper a toutefois écrit sur Twitter qu'il avait hâte de rencontrer davantage de leaders politiques et du monde des affaires pour « discuter des forces qui définissent notre avenir », une référence à un livre à son nom qui sera publié prochainement.

Il n'est pas clair si cette visite de Stephen Harper est un prétexte pour discuter du dossier des accords commerciaux canadiens et de l'imposition de tarifs .

M. Harper, qui travaille désormais au cabinet d'avocats Dentons à titre de consultant, a déjà commenté les négociations de l'ALENA. Il critique notamment les décisions du gouvernement libéral dans certains dossiers, mais défend l'accord en soi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque