Retour

Stephen Harper a-t-il raison sur l'impact du Canada contre l'État islamique? L'épreuve des faits

En réponse à la crise des réfugiés, Stephen Harper a déclaré que l'intervention de la coalition en Irak et en Syrie a stoppé de façon significative les progrès du groupe armé État islamique. A-t-il raison?

Un texte de Denis-Martin Chabot

Vérification faite : les forces américaines, qui mènent cette coalition, estiment que celle-ci a neutralisé le groupe armé État islamique sur environ le quart du territoire qu'il contrôlait.

Pour voir ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Quant à la contribution du Canada, son rôle est double :

  • il soutient les bombardements avec deux avions de patrouille Aurora et un avion de ravitaillement Polaris;
  • il prend part aux bombardements.

Combien de bombes?

Pour voir ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Sur les 19 760 bombes larguées par les États-Unis et les partenaires de la coalition, en date du 31 août, la part du Canada se chiffre à 419, soit 2 %.

En tout, 600 militaires canadiens participent aux opérations.

Le directeur parlementaire du budget estime que le déploiement canadien dans la région coûtera jusqu'à 351 millions de dollars si la mission se poursuit pendant un an.

Plusieurs experts estiment qu'on ne pourra toutefois pas enrayer le groupe armé État islamique sans déployer des troupes sur le terrain. Or, les spécialistes ne croient pas que le Canada pourrait s'engager davantage dans ce conflit sans épuiser ses ressources limitées, comme en Afghanistan.

Plus d'articles

Commentaires