Retour

Stephen Harper a-t-il raison sur les déficits? L'épreuve des faits

Le chef conservateur a rappelé l'histoire cette semaine en évoquant les déficits passés des gouvernements libéraux. Mais a-t-il tout raconté avec exactitude? Vérification des faits.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Vérification faite : c'est faux pour le 9 %.

Le bilan des libéraux

Selon le ministère des Finances du Canada, le déficit budgétaire a en réalité atteint un sommet 8,1 % du PIB en 1984-1985. En chiffres absolus, il s'élevait à 37 milliards de dollars.

Si le déficit avait été de 9 %, comme l'a dit Stephen Harper, il se serait chiffré à 4 milliards de plus, pour un total de 41 milliards.

En 14 ans de pouvoir, les libéraux de Paul Martin, de Jean Chrétien et de Pierre Elliott Trudeau (1983 et 1984, soit les deux dernières années de son mandat, terminé par John Turner) ont enregistré cinq déficits budgétaires et neuf surplus. Et ce, pour un déficit net de 63 milliards de dollars.

Le ministère des Finances précise qu'on ne peut comparer les données antérieures à 1983-1984, parce que les méthodes comptables ont changé.

Le bilan des conservateurs

Pour voir le solde budgétaire par parti sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Les conservateurs sont-ils de meilleurs argentiers? En 18 ans de pouvoir, soit avec Brian Mulroney ou Stephen Harper au pouvoir, ils ont enregistré au total 16 déficits et deux surplus, pour un déficit net de près de 420 milliards de dollars.

Soulignons par contre que deux récessions sont survenues pendant leurs mandats respectifs.

La conjoncture économique est en partie responsable des déficits budgétaires. En pleine crise financière, sous le gouvernement Harper, le Canada a connu son plus important déficit en chiffre absolu, soit 55 milliards de dollars.

Plus d'articles

Commentaires