Retour

Surdoses de fentanyl : il faut surveiller les ordonnances d'opioïdes, dit un coroner

Alors que le nombre de surdoses liées au fentanyl est en hausse, le coroner Paul G. Dionne recommande à Québec de mieux surveiller les ordonnances d'opioïdes et de fournir des outils au Collège des médecins et à l'Ordre des pharmaciens afin d'éviter que le Québec ne se retrouve avec une crise semblable à celle que connaît l'Ouest.

Un texte de Jean-Philippe Robillard

Même si la situation est loin d'être aussi criante qu'à Vancouver, le fentanyl fait de plus en plus de victimes au Québec. Depuis 2011, le nombre de surdoses mortelles liées au fentanyl a plus que triplé.

Pour le coroner Paul Dionne, c'est préoccupant. « Il est important que nous, on prenne les devants le plus qu'on peut », dit-il.

Le coroner Dionne s'est penché sur la mort d'un toxicomane de 40 ans, de la région de Gatineau, qui a succombé à une surdose après avoir consommé notamment du fentanyl.

Dans son rapport, il estime que la mort de l'homme « démontre les lacunes d'un système de santé » qui ne « parvient pas à endiguer les problèmes d'abus de substances prescrites à des fins médicales ». Il souhaite un meilleur contrôle des ordonnances d'opioïdes.

Le coroner recommande d'ailleurs au ministère de la Santé de soutenir les démarches du Collège des médecins et de l'Ordre des pharmaciens. Les deux organisations souhaitent avoir accès aux données de prescriptions de la Régie de l'assurance maladie, pour pouvoir identifier et épingler les professionnels de la santé qui posent problème.

« Mon rapport, il dit : "il est temps d'agir". On a une urgence. Il y a des médecins qui prescrivent peut-être trop. [...] Je pense que le gouvernement a une chance de contribuer à un effort des deux ordres professionnels et je le souhaite », dit le Dr Paul Dionne.

Au Collège des médecins, on se réjouit des recommandations du rapport. On espère maintenant que Québec va agir.

« Ça met de la pression sur les autorités pour avoir accès aux banques de données, et peut-être assurer de meilleurs suivis. Et si on veut éviter des catastrophes, il faut agir », affirme le président-directeur général du Collège des médecins, Charles Bernard.

De façon générale, les surdoses liées aux opioïdes sont en hausse au Québec depuis cinq ans.

Au total, ce sont plus de 600 personnes qui ont perdu la vie dans de telles circonstances, dont plus de 70 à cause du fentanyl.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine