Retour

Sylvie Roy quitte la CAQ et siégera comme indépendante

La rentrée parlementaire sera difficile pour le chef de la CAQ, qui doit encaisser la démission d'un autre député. Sylvie Roy quitte la CAQ et siégera à titre d'indépendante. Dans une entrevue exclusive à Radio-Canada, la députée d'Arthabaska explique que son chef, François Legault, ne lui faisait pas confiance et qu'il ne lui donnait pas de défi à sa mesure.

Un texte de Martine Biron

Cela faisait des mois qu'elle y pensait. Au sein de la CAQ de François Legault, Sylvie Roy dit n'avoir jamais été heureuse : « Je pense que la greffe n'a jamais fonctionné. Je n'ai jamais senti que j'avais mon espace au caucus. Ça n'a jamais cliqué, c'est ce que je pense. »

La députée Sylvie Roy a été élue cinq fois. À l'Action démocratique du Québec (ADQ), en 2003, d'abord. Lorsque la CAQ a avalé l'ADQ, elle a été réélue sans difficulté.

Mais l'ex-adéquiste dit que le chef caquiste ne lui a jamais donné la place qui lui revenait.

« Je n'appelle pas ça un conflit de personnalités, j'appelle ça des caractères incompatibles. On n'avait pas de chicane, on se parlait, pas de trouble. » Elle ajoute qu'elle n'était pas écoutée. La politicienne souhaitait plus d'interventions dans les circonscriptions. « Je suis une femme de terrain, dit-elle, alors que le chef Legault privilégiait le travail au Parlement. »

L'avocate de 50 ans est une politicienne aguerrie qui s'est fait connaître pour avoir talonné le gouvernement à la suite de scandales dans l'industrie de la construction. C'est la première à avoir réclamé une commission d'enquête publique.

Des départs successifs

Son départ s'ajoute aux démissions de plusieurs députés vedettes : Jacques Duchesneau, Christian Dubé et Gérard Deltell. Elle pense que François Legault ne lui fera pas de quartier. « Je m'attends à avoir des déclarations sur moi-même qui ne seront pas élogieuses non plus. »

Le chef de la CAQ, François Legault, n'a pas encore réagi à l'annonce de ce nouveau départ de sa formation politique.

De son côté, le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, évoque des problèmes de comportement de la part de Sylvie Roy depuis plusieurs mois. Il l'a rencontrée, mais celle-ci a refusé l'aide de la CAQ, dit-il.

« Je ne peux pas vous raconter tous les problèmes parce que ça ne se fait pas à la télévision, a déclaré François Bonnardel en entrevue téléphonique à ICI RDI. Humainement, on a tout fait pour la rendre heureuse. »

La CAQ compte désormais 20 députés.

Bref retour en arrière

En décembre 2011, Sylvie Roy avait déclaré au média La nouvelle union, de Victoriaville, qu'elle voyait d'un bon oeil la fusion de l'ADQ avec la CAQ.

En janvier 2012, dans le Courrier Sud, Mme Roy, qui était alors députée de Lotbinière, s'était dite persuadée qu'aucune des valeurs qui lui sont chères ne serait mise de côté dans la CAQ.

« On ne peut jamais être d'accord à 100 % avec la majorité, et c'est comme ça dans tous les caucus, disait-elle alors. Or, les priorités que nous nous sommes fixées avec la CAQ, ça nous rejoint définitivement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Les 10 poisons les plus puissants





Rabais de la semaine