Retour

Syrie : des centaines de civils libérés lors de la reprise de Manbij

Des centaines de civils syriens, retenus en otage par le groupe armé État islamique (EI) à Manbij, ont été libérés samedi grâce à une opération des Forces démocratiques syriennes (FDS). Et des milliers de personnes qui avaient fui la ville du nord de la Syrie pendant son occupation y sont revenues.

Des centaines de voitures transportant des habitants et leurs biens ont quitté les camps de déplacés dans les villages et régions rurales environnantes pour revenir à Manbij, ont dit samedi les FDS - une coalition de soldats arabes et kurdes soutenue par les États-Unis - et des habitants.

Selon M. Darwich, le retour rapide des habitants s'explique par le fait que les combats et les frappes aériennes de la coalition américaine ont épargné de nombreux quartiers de la ville. Manbij apparaît en effet nettement moins dévastée que beaucoup d'autres agglomérations syriennes, même si les ponts et des hôpitaux ont été bombardés.

Des otages libérés

Au moment de prendre la fuite vendredi, les terroristes avaient amené avec eux près de 2000 civils, dont des femmes et des enfants. Parmi eux « figurent des habitants qui ont été utilisés comme boucliers, mais aussi beaucoup qui ont choisi de partir volontairement par peur de représailles » des FDS, explique Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Or, plusieurs centaines de personnes ont été libérées samedi, indique l'OSDH. D'autres civils ont réussi à s'échapper sur la route menant à Jarablous.

L'EI contrôlait cette ville depuis 2014. Des dizaines de milliers d'habitants avaient réussi à fuir Manbij, mais des milliers d'autres étaient pris dans les combats.

Les FDS ont pris le contrôle de Manbij le 6 août dernier, mais les terroristes de l'EI ont résisté pendant près d'une semaine. Samedi, l'OSDH a confirmé que la ville était complètement libérée.

Les médias locaux ont diffusé des images de civils en liesse dans la ville; une femme a brûlé une longue robe et des hommes se sont coupé la barbe avec des ciseaux. L'EI interdit aux hommes de se faire raser et impose un strict code vestimentaire aux femmes.

Il s'agirait de l'avancée la plus significative de cette coalition depuis le début de l'offensive militaire contre l'EI, il y a deux ans. Qualifiée de plaque tournante vers l'Europe pour l'EI dans le nord de la Syrie, Manbij leur servait également de carrefour de ravitaillement vital entre la Turquie et le territoire qu'ils contrôlent en Syrie.

Les FDS disent avoir par ailleurs neutralisé 13 000 mines et bombes artisanales laissées par Daesh et rechercher d'éventuelles cellules dormantes parmi les habitants qui sont restés jusqu'au bout dans la ville.

Selon l'OSDH, depuis le début de l'offensive lancée le 31 mai dernier, 437civils ont été tués dont 105 enfants à Manbij et dans ses alentours. Parmi ceux-ci, 203 ont péri dans les frappes aériennes de la coalition. Durant la même période, 299 membres des FDS ont péri, ainsi que 1019 djihadistes.

État islamique, le règne de la terreur

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine