Retour

Système de paie Phénix : un casse-tête même à la retraite

Un retraité du gouvernement fédéral au Nouveau-Brunswick attend depuis sept mois de recevoir son indemnité de départ en raison des ratés du système de paie Phénix.

Depuis qu'il est à la retraite, Robert Sherman, résident de Riverview, passe énormément de temps au téléphone. Le plus frustrant, dit-il, c'est que personne n'est là pour vous aider.

Ce n'est pas le premier incident subi par M. Sherman depuis la mise en place du nouveau système de paie automatisé en février 2016. Avant sa retraite, il a dû se battre pour obtenir trois paies non versées.

Après 40 ans dans la fonction publique, il pensait profiter d'années bien tranquilles. Mais non, même à la retraite, pendant deux mois, il a continué à recevoir son salaire d'employé de l'agence d'inspection des aliments.

Autre problème, il lui manque toujours 18 semaines d’indemnités de départ. Il est forcé d'attendre. Et son cas est loin d'être jugé prioritaire.

Depuis l'adoption du système automatisé Phénix, environ 100 000 employés fédéraux ont été touchés, soit près du tiers de la fonction publique. Quelque 8000 fonctionnaires attendent toujours un règlement.

La question a rattrapé le premier ministre en tournée en Ontario. Interpellé par un fonctionnaire exaspéré, Justin Trudeau a répondu que son gouvernement travaillait très fort pour régler le problème. Entre-temps, Robert Sherman s’impatiente.

Tout ce que je demande, c'est que quelqu'un confirme que mon dossier avance.

Robert Sherman, fonctionnaire fédéral à la retraite

Le nouveau retraité pourra compter sur l'appui de ses anciens collègues vendredi. Des employés fédéraux de la région de Miramichi manifesteront devant le centre de paie pour demander des comptes à Ottawa.

D’après le reportage de Karine Godin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine